Neverland

Timothée de Fombelle

L'Iconoclaste

16,00
par (Libraire)
8 septembre 2017

Conseillé par Stéphanie, Carole, Agathe, Quentin et Rémy

Cette lecture est un voyage dans une contrée profondément enfouie pour les adultes que nous sommes devenus.
"Je suis parti un matin en chasse de l'enfance. Je ne l'ai dit à personne", écrit Timothée de Fombelle. "J'avais décidé de la capturer entière et vivante. Je voulais la mettre en lumière, le regarder, pouvoir en faire le tour."
L'auteur déploie alors sa plume et nous embarque vers un pays oublié. Il est grand temps de retrouver cette enfance. Et nous voilà devenus par la magie des mots les Enfants Perdus, et Timothée de Fombelle est notre Peter Pan. Seulement le Pays imaginaire n'est pas si facile à débusquer. Et si parfois une poudre féérique s'échappe de la page pour nous enchanter, tout nous file soudain entre les doigts.
Est-ce de la nostalgie? Un souvenir, un sourire, un grand-père en mal de rime, un tiroir interdit, une maison familiale, un secret entre frères ... cette quête poétique nécessaire nous touche. Pourquoi? Nous sommes tous des enfants. Au début du moins. Et puis un jour on avale un noyau de cerise, parfois volontairement. Et il s'installe à l'intérieur de nous, il grandit. Un deuxième vient le rejoindre. Et ces petites graines du monde adulte finissent par porter leurs fruits... En grimpant dans le cerisier avec Timothée de Fombelle : la vue est belle!

Tous les conseils de lecture

Le , Librairie Coiffard - Tome 1

Récemment primé Goncourt des lycéens, David Diop nous fera le plaisir de venir à la librairie le jeudi 28 février à 19h au Tome 1, pour une rencontre exceptionnelle autour de Frères d'armes aux éditions du Seuil. La rencontre sera animée par Henri Copin, de l'Académie littéraire de Bretagne et des Pays de Loire.

Résumé éditeur :
Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

Tous les événements