Dans les angles morts

Dans les angles morts

Elizabeth Brundage

Quai Voltaire

  • par (Libraire)
    10 juillet 2018

    Terrifiant, glaçant, prenant !

    La noirceur de l'âme humaine dans toute son incarnation. Ou lorsque le meurtre d'une femme plonge le lecteur dans son passé, sopn entourage, sa famille & sa maison...
    À découvrir !


  • 19 juin 2018

    psychopathe

    Le roman commence abruptement par le meurtre à la hache de Catherine. Son mari rentre du travail, la découvre, et s’enfuit avec leur fille Franny pour trouver secours chez les voisins les plus proches.

    Puis le roman revient sur l’histoire tragique de la maison, occupée auparavant par une famille de fermiers qui a fait faillite. Le père s’est suicidé avec la mère, laissant les 3 garçons.

    Le plus jeune, Cobe, vient souvent garder Franny, et se prend d’amitié pour Catherine.

    Le lecteur découvre le couple que forme Catherine avec George. Elle reste avec lui pour que sa fille grandisse dans une famille à la campagne.

    Peu à peu, le personnage de George se dévoile. La tension monte.

    Je me suis toutefois ennuyée en milieu de roman, trouvant que l’auteure s’étalait inutilement sur certaines situations et personnages, notamment en ce qui concerne la peinture de George Inness, ou de la présence du surnaturel dans notre vie.

    Mais dans l’ensemble, ce roman fait froid dans le dos.

    George est glaçant (je ne vous dirai pas pourquoi, ce serait divulgâcher ce qui fait le sel du livre).

    Les petites villes de la campagne américaine ne sont pas si paisibles que ça, et le méchant coule une retraite tranquille.

    Je n’ai pas pu le lâcher à la fin.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la description du sociopathe, si vrai (j’ai vécu avec un psychopathe pendant 3 mois, et cette description lui va comme un gant).

    La description :

    Les vrais sociopathes ont la capacité de se convaincre eux-mêmes de leur innocence. De sorte qu’ils croient à tout ce qu’ils disent, et que tout le monde finit par les croire également. Ils se distancient de l’événement. Comme s’il n’avaient pas été là, comme si ce n’était même pas arrivé.

    Ces gens-là étaient des prédateurs. Ils possédaient des capacités de perception dont les gens normaux étaient dépourvus.

    Des réflexes de survie, leur permettant de s’en sortir et de recommencer. (p.437)


  • par (Libraire)
    16 mai 2018

    Dans les angles morts

    Bien sûr il y a un meure, deux histoires de familles tragiques : le suicide d'un couple de fermier laissant trois orphelins, la mort de Catherine, retrouvée assassinée à la hache dans sa chambre.les deux affaire à priori sans lien si ce n'est l'endroit ou ils ont eu lieu, une vieille ferme inquiétante et désolée. Mais " Dans les angles morts" n'est ni un page turner, ni une enquête policière ; c'est un roman noir épais, lentement et parfaitement construit, à la prose impressionnante. S'y cachent et s'y découvrent de nombreux personnages, tous complexes, secret, et dont les histoires seules, minutieusement détaillées, nous déroutent autant qu'elles nous guident jusqu'au dénouement...

    Sarah


  • 29 avril 2018

    J'aime souvent les histoires qui font la part belle aux maisons et ce roman ne fut pas une exception. Elle relie les Clare et les trois garçons et le destin de ces deux familles maudites. Ce qui les rassemble tous, surtout, c'est un mariage mal assorti parce qu'on le sent très vite, George Clare et sa femme ne s'aimaient plus. Ce roman qui pourrait être classé dans les romans noirs est un roman d'ambiance. On y avance petit à petit, on s'immisce dans ces vies, découvrant les failles des uns et des autres. Soyons honnête, on sent le patte féminine, les failles sont toutes masculines mais ce sont les trois garçons (un enfant et deux adolescents) qui réhabilitent la gente masculine. On sent l'ambiance s'alourdir dans les deux intrigues et la pression que subissent les femmes. Je ne m'attendais pas à une telle fin dans ce roman et j'ai été agréablement surprise. C'est un roman que je recommande, quand on a le temps, car on y entre lentement mais sûrement. C'est l'histoire d'une époque, celle au cours de laquelle les femmes restaient encore souvent à la maison, et celle d'un lieu, l'Amérique rurale. C'est l'histoire de ce qui peut se passer quand il est difficile de quitter une relation néfaste dans laquelle aucune des deux parties ne trouve plus son compte, et du poids qu'on fait porter aux enfants.


  • par (Libraire)
    23 janvier 2018

    Un très beau texte, intense et captivant

    L’esprit des lieux prend tout son sens avec Dans les angles morts, un roman noir, subtil et très mystérieux.
    Il y a quelque chose d’étrange dans cette ferme isolée, une dimension tragique… Catherine y est morte assassinée, c’est le début de l’histoire.
    Elizabeth Brundage construit une intrigue qui place le lecteur dans une zone d’incertitude permanente, un doute, un étonnement. D’un instant l’autre, tout peut basculer.
    Dans les angles morts est un très beau texte, intense et captivant ! Un grand coup de cœur.


  • par (Libraire)
    19 janvier 2018

    Coup de coeur de Rémi

    Quand les 3 frères Hale se retrouvent orpehlins, la ferme de leurs parents est rachetée par George et Catherine Clare. C'est cette dernière que l'on retrouve, un matin, avec une hache en travers de la tête...

    Oscillant entre passé et présent, dans une langue lyrique et envoûtante, Elizabeth Brundage tisse le portrait d'une Amérique rurale en déclin, et d'une phrase, d'un trait, nous met la tête dans le seau: il y a un cinglé qui rôde, et il se pourrait bien que vous lisiez un thriller...

    Nerveux et lyrique. Fabuleux !


  • par (Libraire)
    15 janvier 2018

    Un suspens psychologique implacable

    Tout commence comme dans un roman policier classique dans lequel le protagoniste retrouve sa femme morte dans son lit et sa petite fille de trois ans seule mais toujours vivante dans sa chambre. Ils venaient d'acheter une maison dans la banlieue lointaine de New-York, en pleine campagne, maison dans laquelle on avait déjà retrouvé deux corps morts quelques années auparavant pour cause de suicide. Seuls trois enfants orphelins s'en étaient sortis. Malgré cela Georges n'en avait pas parlé à sa femme.
    Sur le papier tout l'accuse: son attitude ambiguë à l'égard de son épouse qui le soupçonne d'entretenir des relations extra-conjugales, son comportement avec leurs amis proches, souvent trouble, à la limite du mensonge et de la manipulation. Georges n'est pas celui qu'il prétend être. Même aux yeux de sa fille il n'a jamais vraiment assumé ce terrible drame et son rôle de père. Et pourtant aucune preuve tangible n'a jamais été trouvée malgré l'acharnement de l'inspecteur en charge de l'enquête.
    Alors qui dit vrai? Qui croire? Comment savoir? Laissez vous entrainer par cette lecture addictive, si le charme opère, vous n'aurez de cesse d'essayer de comprendre.