Un jour comme les autres

Un jour comme les autres

Paul Colize

HC éditions

  • 4 juillet 2019

    Eric Deguide est un journaliste réputé. Il mène des combats sans merci pour le respect des droits de l’homme.
    Il disparaît brutalement, laissant pendant deux ans sa compagne Emily dans le chagrin, le désarroi, la colère.
    C’est complètement prenant et passionnant.
    Une écriture aérée et de courts chapitres nous mènent de page en page sans avoir envie d’arrêter.
    L’auteur mêle aux personnages de fiction des personnages réels comme Alain Lallemand, journaliste au journal belge, Le Soir.
    De même, il s’inspire d’une histoire vraie d’exportation de marchandise militaire en Arabie Saoudite par le Canada.
    Il entretient un savant dosage pour tenir le lecteur en haleine.
    - L’avancement de l’enquête, par Emily, par la police, par des journalistes proches d’Eric Deguide.
    - La personnalité des personnages, en particulier d’Emily, en qui on a toute confiance au début et dont on doute ensuite
    - Les rebondissements et les liens avec d’étranges meurtres
    - ………..
    Paul Colize a une très belle plume. On le lit avec délectation.
    Son travail de recherche est sérieux et captivant.
    Un plus. Il est beaucoup question d’opéra dans ce roman et il est présenté comme tel, en quatre actes, avec une présentation des personnages en première page.
    Et tant qu’on y est, encore un autre plus : ces passages dans une petite ville du bord d’un lac italien où tous les personnages sont sympathiques et où le décor est enchanteur, tempérant un peu la noirceur de l’enquête.
    C’est donc un excellent roman, et Paul Colize est un auteur à suivre.


  • 12 avril 2019

    Conseillé par Coralie

    Une disparition inquiétante

    Après de nombreux romans policiers, Paul Colize nous entraîne à nouveau sur un chemin inquiétant et sombre avec cette dernière enquête. Une intrigue glaçante où les indices se succèdent sans jamais s'accorder. Un roman qui rendra le lecteur suspicieux et inquiet.

    Le vendredi 14 novembre 2014, Eric Deguide quitte son domicile, à Ixelles, pour se rendre à une réunion. C'est la dernière fois que sa compagne Emily le voit. Eric ne s'est jamais rendu à une quelconque réunion et il ne réapparaitra plus jamais après ce matin-là. Emily signale sa disparition, s'inquiète, entreprend de contacter tous ses amis et même son ex-femme. Personne n'a reçu le moindre signe de vie d'Eric. Quelques jours plus tard, sa voiture est retrouvée sur le parking de l'aéroport mais il n'y aucune trace, dans les enregistrements vidéo de l'arrivée de cette voiture.

    Très rapidement, les enquêteurs qui n'ont pas la moindre piste à se mettre sous la dent vont conclure à un départ prémédité et organisé par Eric. Il aurait fui, probablement à l'étranger, et on ne peut pas rechercher un adulte qui part de son plein gré. Seulement, Emily ne croit pas à cette histoire. Eric est brillant, professeur passionnant et passionné, il se bat au quotidien pour ses idées et pour défendre les droits de l'homme. Il a toujours été stable, simple, hormis le divorce avec sa femme ily a quelques années pour retrouver Emily.

    Emily compte les jours, elle sait qu'Eric va revenir. En attendant, elle prend le large, se rend en Italie, là où Eric et elle ont passé de tendres vacances. Elle se remet au chant et rencontre Massimo, à qui elle raconte peu à peu son histoire.

    Dans la première partie du roman, c'est Emily qui nous parle. Elle tente de se reconstruire, elle attend, elle espère un signe infime. Son récit est entrecoupé des échanges avec Massimo : ils parlent de Dieu, du pardon, de l'absence, de la passion. Leurs discussions sont philosophiques, méditatives.

    En parallèle, elle s'est liée d'amitié avec un homme qui tient un blog sur des affaires non élucidées et espère quelques pistes supplémentaires mais au fil du temps, plus aucune piste n'est soulevée. Petit à petit, cet homme s'est amouraché d'Emily et tente de la consoler de l'absence qui lui pèse. Un jour, sur le blog, une jeune femme affirme avoir vu Deguide le matin de sa disparition. D'ailleurs, elle le reconnait, il est venu plusieurs fois au casino où elle travaillait à cette époque. Emily ne peut pas croire à cette histoire : Eric n'allait pas au casino, il n'était pas joueur, c'est impossible. Elle laisse de côté cette hypothèque qui lui semble saugrenue.

    D'indices en suspicions, Paul Colize nous entraîne dans une enquête maline et subtile dans laquelle on se laisse bien volontiers embarquer et dans laquelle les personnages ne sont pas si lisses qu'ils n'en ont l'air. Un thriller palpitant et inquiétant qui ne laisse pas indifférent.


  • par (Libraire)
    23 mars 2019

    Un jour comme les autres

    Voilà bientôt deux ans que le grand amour d’Emily a disparu. Un matin il l’a embrassée, comme tous les matins avant de partir.

    Mais ce jour-là Eric n’est pas revenu. Voilà 614 jours qu’il a disparu. Tout le monde pense à un départ volontaire, seule Emily est persuadée qu’il est captif quelque part.

    Comme toujours, Paul Colize déroule le fil de son histoire avec maestria. La mise en place, les digressions et flashbacks servent l’intrigue pour que tout doucement, sans qu’il ne s’en rendre compte, enrôler le lecteur, le captiver, l’envoûter.
    Bienvenue dans le monde très fouillé et intriguant de Paul Colize.


  • par (Libraire)
    12 mars 2019

    Une disparition suspecte

    Depuis presque deux ans, Emily cherche à expliquer la disparition de son compagnon Eric. Elle est obsédée par cette absence. La police semble conclure à une disparition volontaire. C'est une explication qui ne satisfait pas non plus Alain Lallemand, journaliste d'investigation au Soir, le grand quotidien belge. Ayant connu Eric, Alain va s'intéresser à la personnalité de cet universitaire brillant engagé dans divers combats idéologiques, mais aussi à celle d'Emily...

    Maître du suspense, Paul Colize entraîne le lecteur dans une enquête psychologique passionnante, entre Bruxelles et l'Italie, dans les arcanes des contrats de vente d'armes.
    J'ai lu ce livre d'une traite : une belle découverte !