• par
    16 décembre 2010

    "Ton cinéma est la saturation de signes magnifiques qui baignent dans la lumière de leur manque d'explication", Manoel de Oliveira...

    Godard est un cinéaste que je connais encore fort peu. Ce Dictionnaire des Passions, récemment édité chez Stock, propose de passer en revue les mots, les concepts, les influences, les grands thèmes des oeuvres et de la filmographie de Godard, strictement liée ici à sa biographie.
    L'abécédaire, depuis A, lettre emblématique des prénoms des heroïnes de Godard, jusqu'à Z pour Zoetrope, les studios de Coppola, dépeind de manière très complète ce que l'on sait ou découvre à propos du cinéaste. Dès le A, j'en apprenais déjà beaucoup : A comme l'accident terrible de moto dont il a été victime en 1971, A comme acteurs, avec qui il se montre exécrable. Pauvre, pauvre Mireille Darc !
    Les articles qui m'ont le plus intéressée sont ceux qui concernent les grands qui ont influencé Godard, et le panel est large : Aragon, Marguerite Duras, Hitchcock... et tant d'autres ! Il l'avoue lui-même dans une citation reprise à l'article bien nommé Citations : "Une phrase sur deux n'est pas de moi".
    Un article m'a étonnée : on trouve rapidement dans l'ouvrage, à la lettre B, l'article... Biographie ! C'était bien le seul élément que je pensais ne pas y trouver, croyant découvrir Godard à travers le prisme de l'alphabet seulement. Biographie, c'est un peu facile...
    L'ouvrage n'oublie pas de saluer les grands collaborateurs et assistants de Godard et d'appuyer sur le rôle déterminant des actrices qu'a aimées le réalisateur.
    Et comment croire que Godard ne fut jamais récompensé au festival de Cannes ? Bien des a priori ou manques sont résolus par ce dictionnaire, qui réjouira davantage, selon moi, les aficionados de Godard que ceux qui, comme moi, ne sont pas des spécialistes.


  • par (Libraire)
    1 novembre 2010

    Le dictionnaire des passions aborde par touches successives l'oeuvre et l'univers de Jean-Luc Godard. Le lecteur est à la fois séduit par le parti pris de l'auteur - la subjectivité d'un regard - et le rythme particulier propre au dictionnaire, soit une suite de séquences fluides sous forme d'articles courts. Cette séduction aboutit nécessairement à un sentiment de frustration, l'envie d'en savoir plus sur Godard, son travail. Et peut-être d'enchaîner sur la biographie du cinéaste par Antoine De Baecque !