Le Jardin

Le Jardin

Pyun Hye-Young

Rivages

  • 3 mars 2021

    Oghi avait bien réussi dans la vie : un poste de professeur à l’université, une jolie maison avec jardin et une gentille épouse. Jusqu’au jour où un accident de voiture met un arrêt brutal à ce bonheur tranquille. Sa femme ne survit pas et lui se réveille d’un long coma défiguré, muet, paralysé, ne pouvant plus communiquer qu’en clignant des yeux. Orphelin et fils unique, Oghi n’a plus pour seule famille que sa belle-mère. Quand il est autorisé à rentrer chez lui, c’est elle qui prend en main sa rééducation. Mais alors que son état ne semble pas s’améliorer, le comportement de la mère de sa femme est de plus en plus étrange. Isolé, Oghi est entièrement dépendant d’une femme qui creuse un immense trou dans le jardin.

    Ambiance oppressante pour ce thriller psychologique coréen où le lecteur se retrouve dans la tête d’un homme prisonnier de son corps. Le malheureux Oghi est à la merci d’une belle-mère qui prend soin de lui, ne le menace pas et pourtant le malaise plane. Elle semble vouloir le couper du monde extérieur, elle fait mine de ne pas comprendre ses demandes désespérées et surtout, elle creuse. Jusqu’ici le jardin était le domaine privilégié de sa femme qui s’en occupait à temps complet et la belle-mère dit vouloir continuer son œuvre. Alors pourquoi ce trou ? Oghi cogite, passe de la reconnaissance à la rage intérieure, de l’impression d’être paranoïaque à une réelle terreur. Et puis mérite-t-il les soins d’une femme qui ne lui est rien ou, au contraire, est-il la victime d’une froide vengeance ? Après tout son couple n’était pas parfait et il n’a pas toujours été un mari exemplaire…
    Le jardin est un huis-clos étouffant que l’on lit presque en apnée tellement on ressent le sentiment d’enfermement du personnage principal. Une lente mais inéluctable descente aux enfers.