Le parfum des cendres

Marie Mangez

Finitude

  • par (Libraire)
    27 décembre 2021

    Coup de cœur Betty

    Un premier roman délicat, doux et enivrant.
    Le personnage principal, Sylvain, nous emporte dans son univers bien particulier des odeurs, des parfums et dans son métier : embaumeur.
    Un personnage atypique qui ne vous laissera pas indifférent.


  • par (Libraire)
    15 septembre 2021

    Un nez quivoque

    Une rentrée toute en fragrance avec ce primo-roman de Marie MANGEZ.
    "L'ouverture de la housse, c'était toujours un moment spécial" ouvre les portes de la perception autour de ce singulier métier de thanatopracteur.
    Il est ici, évocation d'une mort inéluctable mais de dignité et de parcours d'hommes et de femmes. Un roman sur la perte, la mort. Les mots remplacent l'odorat, les gestes précis de la profession parent les corps, et tout devient explosion de couleur, d’essence, d'arôme. Ce qui paraissait gris et poussière devient digne.
    Un roman sensible et fouillé,
    ~~Catherine~~


  • par (Libraire)
    9 septembre 2021

    Un agréable premier roman

    Sylvain a un nez exceptionnel. Ce don lui permet d’exceller dans son métier de thanatopracteur. Il embaume les morts selon les caractéristiques de leurs odeurs. Il est observé par Alice, qui écrit une thèse sur ce métier méconnu. Elle est extravertie, loufoque, d’humeur vive. Lui est introverti, taciturne, d’humeur souvent sombre. Il cache une blessure qu’Alice tente de déterrer.
    C'est l’histoire d’une rencontre entre deux êtres opposés. Il y a du romantisme, des moments tendres et drôles. L’écriture est intéressante : elle est belle et bien maitrisée lorsque l'autrice nous décrit les effluves qui saisissent l’embaumeur. De beaux passages qui en contrebalancent certains, ponctués d’un langage familier qui aurait pu être évité. Néanmoins c'est un premier roman agréable, prenant, animé par une écriture qui a du potentiel !


  • par (Libraire)
    7 septembre 2021

    Conseillé par Stéphanie, Manon R et Rémy

    Première scène : Sylvain est concentré. En plein travail. Il s'affaire ainsi pour redonner à Bernadette ce parfum de groseille qui semble se dégager de sa personne. Il veut la pomponner afin de faire honneur à la personne qu'elle a été. Sylvain est embaumeur. Mais un thanatopracteur un peu particulier puisqu'il associe des odeurs à chaque mort dont il s'occupe : bergamote, térébenthine, fleur de cerisier, verveine, vétiver ... En s'imprégnant de ces parfums, il s'approche ainsi au plus près des vivants qu'ils ont été. Il faut savoir que depuis plusieurs années maintenant, depuis un triste 21 juillet, Sylvain Bragonard ne s'entend plus avec les vivants.
    C'est pourquoi, Sylvain se maudit tout en s'occupant de Bernadette, se demandant encore ce qui lui a pris d'accepter qu'Alice le suive dans son travail. Alice est étudiante, et prépare une thèse sur les thanatopracteurs. Viscéralement indépendante, curieuse et pétillante, Alice dérange Sylvain avec ses remarques et ses questions intempestives. Sans parler de sa musique qu'elle écoute en permanence dans sa fourgonnette. Car si c'est l'odorat qui dicte la vie de Sylvain, l'ouïe, elle, tient une place essentielle dans la vie d'Alice.
    Le ton de Marie Mangez, les caractères de ses personnages, le mystère qui entoure Sylvain le grognon nous séduit immédiatement.
    Le lecteur mène ainsi l'enquête aux côtés d'Alice sur cet étrange personnage, taciturne et malcommode qu'est Sylvain. Marie Mangez réussit à nous surprendre, avec poésie, elle nous offre une palette de sens en éveil et nous fait sourire en abordant pourtant le sujet risqué du rapport complexe qu'entretiennent la vie et la mort.
    Sélection pour le Prix du roman Coiffard 2022.


  • par (Libraire)
    23 août 2021

    Le secret de l'embaumeur

    Belle découverte ce premier roman de Marie Mangez publié aux éditions Finitude. L'auteur nous plonge dans l'univers des thanatopracteurs et fait se rencontrer Sylvain qui embaume les corps des défunts depuis plus de quinze ans et pour qui les odeurs n'ont pas de secrets et Alice, thésarde qui fait un stage chez lui et l'accompagne partout. Deux personnages que tout oppose, Sylvain mutique et obsédé par les odeurs, il évoque les caractères et tempéraments des défunts en percevant leurs parfums ! Alice à l'esprit vif et malin, passionnée de musique, est fascinée par ce personnage peu commun et veut savoir ce qu'il cache sous sa carapace. Un roman tendre et profond pas dénué d'humour. Une réussite !


  • par (Libraire)
    21 août 2021

    Une belle découverte !

    Premier roman de Marie Mangez, "Le Parfum des Cendres" est une fable douce et amère sur les traumatismes, le deuil, et les destins brisés. Un roman qui met en scène deux personnages parfaitement opposés, seuls et déboussolés dans un monde qui leur échappe, mais pour qui le sacré, la mort, est un lien qui les maintiens en contact avec la réalité.

    Un texte qui fait la part belle à l'ambiance et au sens par une écriture fine et descriptive.

    Thomas


  • 21 août 2021

    Sylvain thanatopracteur, bourru a un don exceptionnel celui de définir la personnalité à travers des senteurs.
    Alice, étudiante en thèse s'intéresse à cette drôle de profession.
    Lors de son stage avec avec Sylvain, elle découvre un embaumeur énigmatique, voulant percer son mystère elle va devoir l'apprivoiser.

    Poétique, sensible., délicat un très beau premier roman !!!
    .
    Conseillé par Chloë


  • 20 août 2021

    Parmi toutes ces voix de la rentrée littéraire d'automne, des grands maîtres consacrés aux solistes familiers de la valse médiatique, les premiers romanciers tentent de se faire une place devant le pupitre. Parmi eux, Marie Mangez et son premier "Parfum des cendres" retiennent notre attention. Dès lors, on ne nous reprochera pas d'avoir vécu en compagnie d'un thanatopracteur un agréable moment de lecture. Sylvain Bragonard a voué son existence à l'embaumement de nos chers disparus. L'homme est un ascète doué d'un odorat rare : il peut au contact des défunts capter leur essence et deviner quels homme ou femme ils furent. Lorsqu'une jeune thésarde, extravertie et intrépide, est invitée à le suivre au quotidien dans le cadre de ses recherches, l'univers de notre héros vole en éclats. Quel secret bien gardé cache notre taiseux personnage ?
    Marie Mangez surprend avec cette histoire d'odorat et de destin contrariés, rythmée et décapante. Tout réside dans ce subtil mélange d'humour, de gravité et d'émotion qui rend ce livre fort attachant. Finitude démontre une nouvelle fois qu'il est un éditeur qui a du flair.