Fuir l'Eden

Olivier DORCHAMPS

Finitude

  • par (Libraire)
    6 mai 2022

    Une lecture édénique !

    Nous sommes à Londres. Le Brexit a été voté. De nouveaux murs ont été érigés, éloignant un peu plus l'humanité de son paradis perdu...
    Nous suivons Adam, âgé de 17 ans. Il vit dans une grande tour qui se nomme l'Eden, un chef d'œuvre de l'architecture brutaliste, un patrimoine classé et qui pourtant, accueille des habitants délaissés. La vie d'Adam est rude. Le père est un homme violent et alcoolique. La mère, lasse de cette violence et des coups qu'elle reçoit, disparaît lorsque Adam est enfant. Marqué par cet abandon, ce dernier lutte pour avancer, protège sa petite sœur, s'appuie sur deux amis de l'Eden, fait la lecture à une vielle dame aveugle qui l'instruit avec douceur. Puis un jour, il rencontre Eva sur un quai de gare. C'est un coup de foudre, la découverte de l'Amour qui va le bouleverser et l'amener, peut-être, à fuir l'Eden... un magnifique roman qui use avec finesse de l'allégorie biblique, qui transpose avec justesse des éléments d'un mythe fondateur pour décrire un pan de notre monde actuel. Tendre, émouvant, percutant.


  • 2 mai 2022

    Après un premier roman remarquable, Olivier Dorchamps revient en force avec un texte qui tient toutes ses promesses.

    "Fuir l'Eden" telle est la quête du personnage principal de ce roman. Adam jeune homme abîmé par l'abandon de sa mère et la violence de son père (qu'il déteste par-dessus tout) rêve de quitter sa tour en banlieue de Londres.
    La rencontre fortuite avec une jeune fille sur un quai de gare va venir chambouler sa vie.
    .
    Un roman social qui percute avec des personnages attachants et riche en émotions.
    .
    Conseillé par Chloë


  • par (Libraire)
    23 avril 2022

    Olivier Dorchamps sait décrire la subtilité des émotions masculines. Quand la découverte de l'amour adolescent devient une aventure qui bouleversera le quotidien d'Adam ...


  • par (Libraire)
    22 avril 2022

    Coup de coeur !

    Dans la banlieue londonienne, la vie d'Adam semble se perdre dans un abîme. Le salut viendra-t-il de cette jeune femme, croisée dans le métro ?
    Un magnifique roman sur l'adolescence, reflet de nos aspirations !

    Thomas


  • par (Libraire)
    19 avril 2022

    L'amour et le béton

    Un superbe exemple de réalisme social qui fait forcément penser aux films de Ken Loach. La première phrase annonce la couleur :"Je vis du côté moche des voies ferrées". Ça se passe à Londres, dans cette tour impressionnante qui ressemble à une base de lancement, sauf que les habitants y font du surplace, emprisonnés par les liens invisibles du déterminisme social. Ça se passe à Londres mais ça pourrait aussi bien se passer à Paris, dans ces zones de gentrification où se côtoient sans jamais se mêler jeunes désœuvrés des cités et bobos endimanchés à la recherche de toast à l'avocat.
    Adam vit ici avec sa petite sœur Lauren et un père violent, qu'il appelle "l'autre". Après des années de violences conjugales, la mère a fini par mettre les voiles. Adam espère toujours qu'elle reviendra. En attendant, il zone un peu avec ses deux amis Ben et Pav, mais il est surtout animé d'une fureur de vivre, d'un rêve d'ailleurs.
    Mais peut-on vraiment s'en sortir quand on a grandi du mauvais côté ? Une rencontre peut-elle tout changer?
    Olivier Dorchamps fait de la belle littérature, celle qui s'intéresse à l'Autre et qui se fait l'étendard des indésirables.
    C'est un roman bouleversant, lumineux, qui vous fera passer par toutes sortes d'émotions.


  • par (Libraire)
    9 avril 2022

    Fuir l'Eden

    Adam, 17 ans, vit dans une cité londonienne où la violence est omniprésente .
    Deux rencontres vont bouleverser sa vie et faire remonter un évènement passé .
    Encore une fois, un texte juste et fort d'Olivier Dorchamps


  • par (Libraire)
    22 mars 2022

    Conseillé par Solène, Coralie, Stéphanie et Rémy

    Adam a grandi au coeur de l'Eden, un bâtiment considéré comme une merveille d'architecture londonienne. Mais à bien y regarder l'Eden ressemblerait plus à un ghetto qu'à un paradis. Finalement la tour semble n'avoir un intérêt que pour les touristes. Pour Adam, vivre là c'est surtout éprouver la honte de sentir peser toute la misère environnante. De toute façon, l'espoir a foutu le camp avec sa mère, depuis il survit avec sa petite soeur et l'autre, ce père violent et défaillant.
    Pourtant, un jour sur le quai d'une gare, des yeux gris accrochent son regard, ce sont les yeux d'une jeune fille désespérée qui font pourtant naître en lui instantanément amour, désir et espoir. Des mots perdus depuis longtemps. Alors, Adam va s'atteler corps et âme à retrouver cette adolescente qui s'est volatilisée aussi vite qu'elle lui est apparue.
    "Fuir l'Eden" est un roman surprenant de justesse et de délicatesse.
    Sélection pour le Prix du roman Coiffard 2022


  • par (Libraire)
    3 mars 2022

    Le salut est ailleurs...

    Adam a 17 ans et vit dans l’"Eden Tower" dans la banlieue de Londres. Cet immeuble n'est en rien l'idéal prôné par des architectes utopistes des années 50. L’habitat y est désormais insalubre, mité et ses habitants y sont entassés sans souci de confort et de décence. Rien n'a été pensé pour eux. Monde cynique, le voilà maintenant classé auprès du Fonds Mondial pour les monuments (WMF).
    Adam y mène un combat : protéger Lauren, sa sœur de leur père, un homme déchu, devenu violent et alcoolique.
    C'est un roman résolument social : l'auteur y dénonce l’engrenage terrible dans lequel se sont retrouvés embourbés ce couple, les parents d'Adam, et qui les feront basculer dans la précarité. Il le raconte très bien, le délitement progressif des liens familiaux, l'ultra-violence, le désespoir total, le point de non retour.
    Et puis, malgré cette noirceur, viendra le salut, grâce au courage et à l'abnégation d'Adam et à l'aide précieuse de quatre femmes de son entourage.
    Sans pathos, parfois même avec humour, Olivier Dorchamps livre là une chronique sans concession d'une adolescence meurtrie et ô combien conquérante.