Le serpent des blés

T. M. Rives

Zulma

  • par (Libraire)
    5 juillet 2022

    Une merveilleuse balade estivale

    Un roman lumineux, plein de grâce et de sensibilité, où il est question de collines jaune pâle chauffées par le soleil, d'un pique-nique bucolique entre une mère et sa fille et d'un grand type un peu étrange, amateur de serpents.
    Une ode à l'enfance, à l'amitié et aux esprits libres !


  • 17 mai 2022

    Conseillé par Marie-Blanche

    Coiffée de son beau chapeau du dimanche en velours rouge, la mère de Macey que nous ne connaîtrons que sous ce nom, part en excursion à 8h du matin, direction les collines dorées de Feldon pour y faire un pique-nique.
    Celui-ci n'a rien d'improvisé, nappe à petits carreaux et un vrai festin composé avec soin et cuisiné la nuit précédente sont au menu.
    Macey a dû pour l'occasion chausser de nouvelles sandales et une robe qu'elle ne doit en aucun cas salir et surtout arborer un "guide régional des insectes de la forêt" en dépit de son peu d'attrait pour ce livre.
    Sur les conseils d'entremetteuse de son amie (?) Mrs Earl, à la chevelure sculpturale et à la couleur indécise, la mère de Macey se lance à la rencontre d'un inconnu dans les bras duquel Mrs Earl veut la jeter; un biologiste qui, selon elle, arpente les collines chaque matin en quête d'insectes ...
    L'homme, Mitchell, est en fait un herpétologiste, un spécialiste des serpents.Il vient de New York, est aux antipodes des péquenots et des imbéciles que la mère de Macey croise et vomit .Elle succombe à son charme, Macey se passionne pour les serpents, des barbecues s'organisent entre "amis".
    Mitchell bouscule les conventions de cette Amérique profonde et figée qui fait un peu froid dans le dos.
    Mais Mitchell tel le serpent des blés est-i-il fait pour demeurer dans un tel vivarium ?
    T.M Rives excelle dans l'art de poser des personnages, des ambiances, des images picturales et cinématographiques de cette Amérique qui ne cesse de nous fasciner et de nous interroger.
    Il n'a écrit qu'un livre et quel livre!
    Je ne saurai que vous conseiller le travail de photographe qu'il poursuit désormais.
    Merci une fois de plus aux éditions Zulma pour les belles découvertes offertes!👌🏼🐍📚Marie-Blanche


  • par (Libraire)
    16 mai 2022

    Court bijou d'une centaine de pages, ce Serpent des Blés est un plaisir cinématographique, ciselé dans la lumière des matins d'été. Dans un instantané sépia, irisé du jaune des blés, du bleu d'une camionnette ou du rouge vif d'un chapeau, se dessinent les contours d'un récit vif et mordant, à la manière de ces serpents qui se glissent entre nos jambes pour disparaître à tout jamais.


  • 16 mai 2022

    Géant excentrique ou animal sauvage devenu le maître dans sa cage ? Par petites touches sinueuses, le lecteur est maintenu à la lisière de l’effroi. À travers le regard désincarné d’une petite fille, l’irruption d’un prédateur bienveillant donne à ce récit cinglant les allures d’une morsure de serpent.


  • par (Libraire)
    12 mai 2022

    Le Serpent des blés

    Macey et sa mère vont sur les collines de Fuldon, pour une première rencontre avec Mitchell autour d'un pique-nique. Il est un herpétologiste quelque peu original et décalé qui vient de New York pour étudier les serpents propres à la région.
    Un lien singulier se crée entre lui et Macey, du plaisir qu'éprouve Mitchell à partager avec elle sa passion. Il trouve chez cette petite fille calme les qualités requises à entrer dans ce vaste univers.
    Peu à peu, Mitchell s'installe dans leur vie, mais pour combien de temps ?
    C'est un court roman singulier et intrigant où règne une atmosphère trouble, un peu inquiétante. Le roman s'ouvre à nous de mots comme des touches de couleurs, laissant libre cours aux sensations, aux questionnements, à la curiosité quant à ce qui va se passer. C'est là toute sa beauté.
    Trafuit de l'anglais ( États-Unis) par Lucien d'Azay.


  • par (Libraire)
    29 avril 2022

    un véritable envoûtement

    C’est l’histoire d’une femme, sa fille, et d’un herpétologiste…
    Un petit bijou, un moment de vie à la Norman Rockwell drôle et très imagé.
    Un premier roman à la rencontre d’une Amérique profonde, celle de Faulkner ou Harrison.
    À découvrir absolument !

    Isabelle