Conseils de lecture

Là où chantent les écrevisses
21,50
par (Libraire)
1 avril 2020

Conseillé par Coralie

Années 60 en Caroline du Nord. Kya grandit dans les marais entourant la petite ville de Barkley Cove. Seule et abandonnée tour à tour par ses frères et sa mère, elle grandira en partie à l'ombre de son père. Leurs passages en ville ne passent pas inaperçus, tout le monde les fuit. Ils sont les seuls à habiter le marais et ont mauvaise réputation.
Lorsque son père disparait à son tour, Kya va tenter de prendre sa vie en main. Peu à peu, son quotidien s'organise, elle pêche et vend ce qu'elle trouve à Jumping, un vieux Noir qui tient une pompe à essence dans la marina. Elle vit de dons, de farine de gruau et de ce que veut bien lui donner ce marais.
Dans ce quotidien morne et répétitif, Tate va être son sauveur. Il dépose sur une souche des plumes d'oiseaux pour sa collection et l'apprivoise.
Ce jeune homme va lui apprendre à lire. Dès lors, elle va se renseigner sur tout ce qui a trait à la vie du marais : arbres, piafs qu'elle aime tant, champignons, etc.
Elle observe tout, lit, retient et s'imprègne autrement de ce lieu qui l'abrite et la sauve.
Mais Tate, comme ses frères et ses parents, va partir à son tour.
A nouveau seule, abandonnée, déçue, elle continuera à explorer son marais, avec l'envie de ne plus jamais se laisser approcher, pour ne plus jamais être déçue.
Cependant, elle va se laisser séduire, apprivoiser par celui qui lui promet une vie différente. Mais un jour, l'irréparable se produit. Saura-t-elle s'en sortir malgré les a-priori des habitants de la ville, malgré son côté sauvage et solitaire ? Qui seront ses alliés dans ce grand chambardement ?

Delia Owens est une conteuse hors pair. Une voix qui fait ressentir la douceur au-delà des colères, une voix puissante et vraie.
"Là où chantent les écrevisses" n'est pas sans rappeler le très beau et inoubliable "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" d'Harper Lee, un roman d'apprentissage fort.


Lettres à Elise / une histoire de la guerre de 1870-1871 à travers la correspondance de soldats prus
24,90
par (Libraire)
1 avril 2020

Conseillé par Quentin

Avec près de 200 000 morts dont 139 000 français, la guerre de 1870-1871 avec la Prusse a profondément marqué la France.
Jean-louis Spieser et Thierry Fuchslock nous proposent, après plusieurs années de travail, un livre qui regroupe plus de 250 lettres inédites de soldats prussiens.
Rappelons que cette guerre qui n'a duré que six mois est une des plus grosses défaites françaises. Elle est aussi synonyme de la chute de Napoléon III et de la naissance de la IIIème République.
Les deux passionnés d'Histoire ont choisi de nous raconter la guerre à travers la correspondance des prussiens sur le front : des simples soldats aux officiers plus ou moins gradés.
Ces lettres, dont certaines relèvent d'un vrai talent d'écriture et parfois même d'une poésie irréfutable, permettent de se rendre compte de l'état d'esprit de ses hommes loin de chez eux, à l'assaut d'une des plus grosses puissances de l'époque.
Des premiers contacts entre les deux armées au siège de Paris en passant par la bataille de Sedan, ce livre nous offre un témoignage unique de la guerre Franco-Prussienne de 1870-1871.


Ultimae terrae, Pôle Nord, pôle Sud : voyages aux confins du monde

Pôle Nord, pôle Sud : voyages aux confins du monde

Pocket

7,30
par (Libraire)
27 mars 2020

Conseillé par Coralie

Bernard Lugaz a voyagé à travers le monde. A 10 ans il rêvait d'aller sur la Lune. A défaut d'avoir accompli son rêve de gosse, il a marché sur la Terre.
Après un voyage au nord de la Norvège, il y a 25 ans, Bernard Lugaz rêve à nouveau de froid polaire, de glace et de découvertes. Grâce à une agence spécialisée, il va d'abord partir pour l'archipel de Svalbard, royaume des ours et des glaces. Ici, à cette période, le soleil ne se couche pas : il tourne en rond, revient, poursuit sa ronde.
Randonnées, ciel bas, cétacés, Bernard Lugaz reviendra de ce voyage fatigué, étonné, avec peut-être le goût étrange du voyage rêvé qui n'est pas celui que l'on avait imaginé.

Quelques mois plus tard, il a la chance de pouvoir partir avec une expédition en Antarctique : protocoles, respect strict des consignes, le voyage cette fois est bien différent. Il va approcher le Pôle, emmitouflé et fasciné par les paysages d'icebergs qui s'offrent à lui.

Récit de deux voyages du froid, deux voyages bien éloignés géographiquement l'un de l'autre, Bernard Lugaz nous raconte les similitudes, les différences, la chance de ces expéditions et le sentiment de se sentir si petit face à la nature qui nous entoure, à la planète qui décide.


SE TAIRE OU MOURIR ?
17,95
par (Libraire)
27 mars 2020

Conseillé par Caroline

Echo Ridge est une petite ville américaine, aux allures de carte postale. Pourtant, elle est plus connue pour ses faits-divers que pour ses paysages bucoliques. Depuis près de 20 ans, une même histoire se répète, une histoire faite de bal de promos et de disparition d’ados. Quand Ellery et son frère Ezra arrivent dans la ville natale de leur mère, ils ne pensent pas une seule seconde revivre ces vingt années. Pourtant, à l’annonce du prochain bal, il est risqué de sortir seule le soir…
Une héroïne passionnée de profilage, des suspects à chaque coin de rue, Karen McManus, autrice de Qui Ment ?, nous embarque une nouvelle fois dans un thriller haletant ! Dès 13 ans.


L'art de la joie
14,50
par (Libraire)
26 mars 2020

Conseillé par Marie-Laure

J’ai décidé de passer ma première semaine avec Modesta, en toute modestie. Qui est Modesta ? Une des plus belles héroïnes qui soient. Modesta est née de la plume de Goliarda Sapienza (1924-1996), actrice, révolutionnaire et surtout écrivaine.
Publié de manière posthume, "L’Art de la joie" est un pavé de 600 pages, à la narration intense, dense, parfois confuse, à l’image de celle qui raconte. De son enfance pauvre jusqu’à son arrivée dans cette villa, près de Catane, en passant par le couvent, Modesta ou Mody décrit l’épopée que fut sa vie. Entre la petite histoire et la grande Histoire, il n’y a qu’un pas. L’Italie devient fasciste et Mody n’aura de cesse de le combattre. Malgré son titre de Princesse, elle sera et restera une anarchiste. Femme de caractère (elle est la personnification même de la Sicile), féministe et libérée, on la craint, on l’admire et on lui voue un amour sans faille, qu’il s’agisse de ses amant(e)s, de ses enfants ou ses amis. Elle s’agite beaucoup, s’énerve, étudie, lit, aime éperdument et soudain, elle sombre dans un profond sommeil pendant deux jours.
Passer une semaine avec Modesta et sa tribu a été une grande bouffée d’air frais. Tellement de vie, de passion, des scènes aux dialogues incroyables… Avec l’Art de la joie, mon appartement est devenu la Sicile, je voyais l’Etna de ma fenêtre et j’entendais les rires et les disputes de Modesta et des siens :
« - Tu dors, Modesta ?
– Non. – Tu penses ?
– Oui.
– Raconte, Modesta, raconte. »