Conseils de lecture

10,50
Conseillé par (Libraire)
19 juin 2024

Notre sélection "Un été au Japon"

Incontournable trésor de la culture japonaise, on ignore cependant le nom de son auteur. Ce recueil, certainement rédigé au Xème siècle, est une succession de « tanka » (poèmes très brefs) auxquels s’ajoutent des récits en prose qui permettent de les contextualiser. Ces contes, si on peut vraiment les nommer ainsi (ce sont plus précisément des « Ise monogatari »), mettent en scène tout un monde d’intrigues et de galanteries dans un monde de puissants et nobles personnages dont, notamment, Ariwara no Narihira, petit-fils de l'empereur et grand séducteur. Dans cette haute société japonaise des VIIIème et IXème siècles, il est amusant de constater que les femmes jouent un rôle plus important qu’on aurait pu l’imaginer.


20,00
Conseillé par (Libraire)
30 mai 2024

Conseillé par Stéphanie

Quand le lecteur découvre Iro, un des personnages centraux de ce premier roman, ce dernier s'évertue à tenter de vendre des tee-shirts le long de la route Adjamé Liberté. La poussière, la chaleur, le mouvement incessant des gens et des gbakas, ces mini-bus vétustes de transport en commun, sont un tourbillon qui nous emporte instantanément à Abidjan. Iro est étudiant en Lettres à l'Université Félix Houphouët-Boigny, à ces côtés Thierry est un ami essentiel qui l'a aidé à survivre dans un environnement finalement peu propice aux études. Pourtant Iro s'accroche et l'amitié l'aide à ne pas lâcher. Jusqu'au jour où il apprend la mort de son père au village. Un père dont il s'était éloigné mais dont la disparition va venir bouleverser bien des choses. Du haut de ses vingt-deux ans, Nincemon Fallé brosse un portrait de la jeunesse ivoirienne extrêmement juste et touchant, c'est aussi un roman sur la filiation. Nincemon Fallé vient d'être récompensé par le Prix Voix d'Afriques, une nouvelle voix donc et une belle promesse !


Adelheid Duvanel

José Corti

17,00
Conseillé par (Libraire)
22 mai 2024

Conseillé par Morgan

Adelheid Duval est un écrivaine suisse née en 1936 et décédée en 1996. « Histoires de vent », publié aux éditions Corti et traduit par Catherine Fagnot, est un recueil de micro-nouvelles étranges, mélancoliques, oscillant sans cesse entre le rêve et la réalité, la raison et la folie. Sa démarche artistique tient en partie dans cette citation : « Depuis ce moment, je me demande si les mots ne peuvent pas édifier un nouveau monde au dessus du grand vide, au dessus de l’abîme dans lequel est tombé ma vie ». C’est une succession de portraits d’individus extraordinaires ; des êtres solitaires toujours en décalage avec le monde, parfois avec eux-mêmes. Adelheid Duval, avec une prose particulièrement sensorielle et sophistiquée, parle de notre société depuis les marges, à travers le regard de celles et ceux que l’on ne voit pas ou, au contraire, qui sont stigmatisés et « mal perçus » - dans tous les cas mis à l’écart. Elle sonde l’intériorité de ces êtres, met en lumière et donne une voix à ces individus qui tendent à échapper aux normes, à rester dans l’ombre. Dans ces textes hantés, d’une grande originalité, ne cessent de surgir des fulgurances et des visions qui marquent l’esprit.


19,80
Conseillé par (Libraire)
22 mai 2024

Conseillé par Morgan et Joséphine

C’est par hasard, sur un mur de sa nouvelle maison à Montjoux dans la Drôme, non loin de Dieulefit, qu’Hervé Le Tellier découvre une inscription qui éveille sa curiosité : André Chaix. Qui était-il ? « Un résistant, un maquisard sans doute, un jeune homme à la vie vie brève comme il y en eut beaucoup ». Composé à partir d’archives de diverses nature - photographies (de famille, de lieux, d’objets), extraits de correspondances, tracts, affiches, documents officiels… - ce récit retrace avec une grande clarté la vie de ce jeune homme en suivant de multiples ramifications. Hervé Le Tellier s’interroge sur les conditions qui ont permis l’avènement du Troisième Reich et les atrocités commises par les nazis, la collaboration et la résistance, la domination et la soumission, le conformisme social et la liberté. Il croise ces réflexions historiques, philosophiques et politiques avec une approche plus intime, sensible, très ancrée dans le réel.


Sylvia Beach, Adrienne Monnier et la vie littéraire à Paris dans l'entre-deux-guerres

Gallimard

17,00
Conseillé par (Libraire)
22 mai 2024

Conseillé par Morgan

« Passage de l’Odéon » écrit par Laure Murat, récemment remarquée et distinguée avec « Proust, roman familial » (Prix Médicis essai 2023), est un essai littéraire qui raconte l’histoire de deux femmes : Adrienne Monnier et Sylvia Bach ; de leurs librairies : La maison des amis des livres et Shakespeare and Co ; d’une époque : l’Entre-deux-guerres. Ces deux libraires passionnées forment un couple hors du commun. Elles sont installées l’une en face de l’autre, rue de l’Odéon, à Paris. Elles sont parvenues à créer des lieux plein de vie, rayonnants, des lieux de passage où se croisaient et se retrouvaient les surréalistes et les écrivains d’avant-garde (André Breton, Claude Cahun, Philippe Soupault, Aragon, André Gide, Rilke…) ainsi que les plus grands représentants de la Génération perdue (Ernest Hemingway, F. Scott Fitzgerald, Gertrude Stein, Ezra Pound…). De belles pages sont dédiées à James Joyce, Sylvia Beach étant l’éditrice de son roman aussi sulfureux que monumental : Ulysse. Laure Murat nous plonge dans une période d’effervescence culturelle, celle du « Paris est une fête » d’Ernest Hemingway, aux côtés de ces deux femmes ayant eu une importance considérable dans la diffusion d’œuvres singulières, dont certaines sont aujourd’hui des « classiques ».