Conseils de lecture

Barracuda for ever
17,00
par (Libraire)
3 février 2017

Conseillé par Coralie

Décidément, après "Le cœur en braille", Pascal Ruter nous bouscule à nouveau avec son roman "Barracuda for ever", publié à la fois chez Didier jeunesse et Lattès.
Napoléon, 85 ans, commence par quitter sa femme. Il a envie d'une nouvelle vie et ce n'est certainement pas son âge qui va l'en empêcher. Repeindre sa maison, faire des strikes aux bowlings ou même danser en haut d'un escabeau ne sont pas un problème pour lui ! Dans toutes ses péripéties, il entraîne son petit-fils Léonard. Et surtout, c'est le rituel, ils écoutent le jeu des mille euros chaque midi. Petit à petit, il lui raconte son histoire. Du joueur de boxe au chauffeur de taxi, il se souvient tendrement des moments forts de sa vie. Mais un mystère plane encore : pourquoi a-t-il perdu contre Rocky lors de cette grande finale alors qu'il avait le dessus ? Léonard va tout faire pour découvrir le plus extraordinaire des secrets de la vie de son grand-père.

Au son de Claude François, au rythme des gants de boxe de Rocky et à la manière d'un bowling endiablé, Léonard et son grand-père Napoléon nous en font voir de toutes les couleurs ! Un roman drôle, émouvant et que l'on n'oublie pas.


Être à distance
22,50
par (Libraire)
31 janvier 2017

Conseillé par Marie-Laure

Pour ce livre, Carla Guelfenbein a reçu le prix Alfaguara en 2015, l’un des plus prestigieux pour les romans parus en langue espagnole. Vera, grande poétesse de 84 ans, tombe dans le coma après une chute dans les escaliers. Son ami et voisin Daniel est celui qui la trouve. Il ne croit pas à la théorie de l’accident. Il rencontre Emilia, jeune étudiante franco-chilienne, venue à Santiago pour écrire une thèse sur Vera. Autre narrateur de cette histoire, Horacio, poète lui-aussi, et ancien amant de la célèbre femme de lettres. Grâce à lui, nous allons découvrir comment la géniale Vera Sigall est née. Enquête autour de sa chute mais surtout enquête littéraire à travers les œuvres de deux écrivains qui se sont passionnément aimés. Un livre très élégant sur l’amour, l’écriture et les secrets enfouis.


Attachement féroce
20,00
par (Libraire)
31 janvier 2017

Conseillé par Marie-Laure

Publié en 1987, "Attachement féroce" est déjà un roman culte aux Etats-Unis. Son auteur est la célèbre journaliste Vivian Gornick qui a notamment écrit pour le "Village Voice" et le "New York Times". C’est une histoire universelle, celle d’une mère et de sa fille. Tout en arpentant les rues de New-York, Vivian et sa mère se confrontent l’une à l’autre. Elles évoquent leurs amours, leur travail, leur passé dans cet immeuble du Bronx où régnait alors un joyeux désordre. Toute une galerie de personnages va ressurgir de ces discussions : des voisines juives bruyantes, envahissantes et tellement attachantes.  "Attachement Féroce" est surtout un hommage à cette mère dont les répliques vous laissent sans voix. Elle est sans concession, charismatique et croit au grand amour. Vivian Gornick, journaliste accomplie et figure du féminisme reste si vulnérable face à cette figure maternelle. L’un des plus beaux romans jamais écrits sur les relations mère-fille !


La carte des Mendelssohn

Sabine Wespieser Éditeur

25,00
par (Libraire)
27 janvier 2017

Conseillé par Stéphanie

Écrire sur les Mendelssohn, et plus précisément sur Abraham Mendelssohn, était un projet qui sommeillait dans les carnets de Diane Meur depuis déjà longtemps. Traductrice, elle dit que le tout début du XIXe siècle en Allemagne c'est un peu chez elle. Elle se dit aussi un jour qu'il serait intéressant de se pencher sur la vie de ce Abraham, ce maillon intermédiaire, fils de Moses Mendelssohn, philosophe des Lumières allemand, et père de Felix, le fameux compositeur romantique.
Et c'est ainsi que naquit "La carte des Mendelssohn". Car avant d'être un livre "La Carte" fut d'abord un objet, un lieu presque pour l'auteur.
La généalogie de cette incroyable famille nécessita une enquête, l'enquête se transforma en roman. Alors certes c'est un livre dans lequel il faut accepter de se perdre mais Diane Meur est là pour nous : elle est le chef d'orchestre de son roman. Imaginez l'histoire comme un orchestre symphonique avec ses différentes familles instrumentales, chaque famille symbolise les différentes générations descendantes de Moses, le chef se réfère à sa partition représentée par la carte et nous lecteur/auditeur, nous nous laissons porter par cette ensemble foisonnant et harmonieux.
Une lecture follement érudite!


La sonate à Bridgetower , (Sonata mulattica)

(Sonata mulattica)

Actes Sud

22,50
par (Libraire)
27 janvier 2017

Conseillé par Stéphanie

"La Sonate à Bridgetower" est sous-titrée "Sonata Mulattica". Traduisez : la sonate au mulâtre. Telle est la dédicace d'origine de cette sonate pour violon et piano n°9 signée Beethoven. Tel est le coeur (voire le choeur) du sujet de ce formidable roman : l'histoire de George Bridgetower, un violoniste prodige métisse au siècle des Lumières.
Le destin tragique des esclaves noirs du XVIIIème siècle a nourri bien des littératures, nous faisant souvent oublier qu'il existait une élite noire dans cette Europe aristocratique des salons. Dumas, le Chevalier de Saint George, Angelo Soliman... et George Bridgetower ont bel et bien participé à la richesse culturelle de cette époque, non sans mal sur le fond.
Pendant une quinzaine d'années, Emmanuel Dongala nous invite à suivre ce jeune violoniste, fils d'une Polonaise et d'un fils d'esclave de la Barbade, qui séduisit Paris en 1789 avant de se réfugier à Londres et devenir le protégé du Prince de Galles, futur Georges III. Elève de Haydn, inséparable de Beethoven durant quelques mois, l'auteur lui fait croiser ses contemporains politiques, scientifiques et artistes : Condorcet et Olympe de Gouge par exemple.
Ce roman est une balade à la fois dans les Cours des Grands, et dans les quartiers populaires de Paris, Londres et Vienne. Emmanuel Dongala nous fait vivre la richesse et les contrastes de cette fin de XVIIIème au rythme de l'archet d'un George Bridgetower fascinant.