Conseils de lecture

L'Enfant du lac

Morton, Kate

Presses de la Cité

22,50
par (Libraire)
26 avril 2016

Conseillé par Frédérique et Marie-Laure

Fête du solstice 1933 , à la maison du lac, le jeune Theo disparaît et ne sera jamais retrouvé. Sa famille brisée quittera le domaine et n'y reviendra jamais.
70 ans plus tard , la jeune inspectrice Sadie Sparrow en "vacances forcées" chez son grand père pour avoir voulu suivre son intuition dans une autre affaire de disparition, va se sentir irrésistiblement attirée par cette affaire et cette propriété délaissée depuis si longtemps certes mais si enchanteresse...
On retrouve la grande Kate Morton du "Jardin secret" et des" Brumes de Riverton".
Intrigues, secrets de famille , beauté de la Cornouailles , amour et trahison, tous les ingrédients pour passer un merveilleux moment...


Le miroir des illusions

Les Escales Éditions

21,90
par (Libraire)
26 avril 2016

Conseillé par Stéphanie

Voici votre roman de l'été!
Entre Venise, la Toscane, Berlin, New York et San Francisco, vous allez être tenus en haleine. Tout commence par un mystérieux testament qui pousse Atanasio,un jeune italien à accomplir une vendetta. Elevé dans ce seul but, lequel lui était pourtant jusqu'alors inconnu, nourri aux vers vengeurs de Shakespeare, Atanasio ira-t-il jusqu'au dernier acte de la tragédie?
Des personnages étoffés, des amours, des trahisons, des désirs de liberté, des complots, des empoisonnements, tout est réuni pour éveiller la curiosité du lecteur. Lecteur qui se fait prendre dans un tourbillon compulsif et addictif, on veut savoir si la vendetta fomentée par le testamentaire va aboutir car les rebondissements son nombreux!

Peut-être avez-vous déjà lu "Retour à Montechiarro", "Requiem vénitien"," Les Absentes"? Si c'est le cas vous retrouverez avec délectation Raphaël et Laetitia. Si Vincent Engel vous était jusqu'ici inconnu, ce n'est pas grave, vous ne serez absolument pas perdu puisque "Le miroir des illusions" peut se lire aussi de manière indépendante.
Texte (Suite)
-


Everything everything
par (Libraire)
15 avril 2016

Conseillé par Coralie

Madeline vient d'avoir 18 ans. Et cela fait presque autant d'années qu'elle vit dans une bulle, coupée du monde extérieur. Affectée par une maladie du système immunitaire, Madeline se contente de lectures, de films avec sa mère ou de moments passés avec son infirmière Carla. Jusqu'à présent, elle n'a jamais été attirée par le monde extérieur. Seulement, quand de nouveaux voisins s'installent et qu'elle commence à communiquer avec Olly, son univers tout entier va changer et elle sera prête à tout. Everything, everything, c'est un roman touchant, tendre, déchirant parfois. Une belle lecture pour nos ados !


Solomon Gursky
24,00
par (Libraire)
15 avril 2016

Conseillé par Manon

Comment résumer en quelques phrases la fresque picaresque, mystérieuse et fascinante que nous offre l’œuvre de génie de Mordecai Richler? C’est par cette question que se résume la magie du roman. Roman-fleuve, inclassable, qui traverse les territoires et les époques sans jamais perdre son lecteur.
L’histoire raconte celle de Moses Berger, 52 ans, écrivain raté et alcoolique notoire qui consacre sa vie à tenter de recoller les morceaux formant l’histoire du mystérieux Solomon : enfant cadet de la fratrie Gursky, famille empirique et fictive, famille juive, scandaleusement riche et puissante. Ce roman foisonnant vous invite à suivre cette histoire, de Londres au Canada, des inuits à la prohibition. Véritable témoin historique et social de l’histoire colonial du Canada.

Mais là n’est pas sa seule force car le romancier brille par son audace et son cynisme à travers les portraits d’une multitude de personnages hauts en couleur.
Du grand-père Ephraïm Gursky qui fit fortune après son exode en arnaquant les esquimaux et les locaux des terres gelées du Nord du Canada, du père Aaron qui échoua à faire fructifier sa terre paysanne au sud et de son fils, Solomon, qui su détourner le commerce de son père au profit de la famille.
Personnages ambigües, anti-héros, l’ouvrage impressionne autant par sa temporalité que par ses descriptions et son pittoresque.

N’hésitez pas à vous plonger tout entier dans ce roman qui piège son lecteur tel Moses piégé par l’histoire fascinante de la famille Gursky. On sort de ce chef d’œuvre lessivé et su


Je suis en vie et tu ne m'entends pas
20,00
par (Libraire)
15 avril 2016

Conseillé par Marie-Laure

Comment continuer à vivre quand on a connu l’enfer ? Klaus est de retour dans sa ville natale après avoir passé 4 ans à Buchenwald. Il était de ceux qui portaient un triangle rose, la marque de l’homosexualité. Peu à peu, il va apprendre à retrouver son corps mais c’est en exil à Paris qu’il va pouvoir à nouveau aimer. Dans une langue sublime où chaque mot est comme un coup de poignard, Daniel Arsand raconte le désespoir et l’espoir de cet homme. Le titre : « Je suis en vie et tu ne m’entends pas » est un cri de détresse adressé au grand amour de sa vie, qui n’a pas survécu. Ne plus subir, ne plus se taire, au contraire, crier au monde que l’on existe, c’est le combat de Klaus.