Le Prix du Roman Coiffard 2017

Tout au long de l' année, l'équipe et les quinze membres du Club Lecture de la librairie ont lu et sélectionné dix romans français.
Pendant un peu plus de quinze jours, nous proposons aux lecteurs qui le souhaitent de voter à leur tour pour leur roman préféré.
Le gagnant sera invité à la librairie, ainsi que tous les participants pour partager autour du roman. La rencontre sera suivie d'un apéritif. Dix sacs de coton Coiffard à gagner (tirage au sort parmi les bulletins participants)

Fraternels

Sabine Wespieser

26,00

En cette nuit du 18 juin, sur le mont Valérien, l’Ifon 11 du jeune François-Joseph de la Fistinière est fin prêt à filmer son propriétaire dans une position attentatoire à l’honneur de sa famille de militaires. Afin d’enrayer la propagation virale de la vidéo, le patriarche appelle au secours son fils illégitime, patron de la firme Opié, elle-même conceptrice de l’Ifon et numéro un européen de l’énergie. À La Défense, la tour Opié s’éveille : Samia, l’hôtesse d’accueil, prend son poste au rez-de-chaussée ; au trente-sixième étage, le technocadre Kevin Klein convoque toute son habileté informatique pour maquiller la baisse dangereuse des stocks de tantale nécessaires au grand dessein de l’entreprise.

À l’autre bout de la planète, en Iamalie, d’étranges aurores boréales plongent dans l’inquiétude une tribu de Kètes. À Cuzco, Pérou, on inaugure l’Horloge du Sud : il s’agit d’en finir avec l’impérialisme occidental et de s’approprier le temps qui, à l’image des saisons, s’égrènera désormais à l’inverse de l’hémisphère nord.

Plutôt que de se lamenter sur ce monde qui va à sa perte, sur fond de course effrénée au profit, d’inégalités sociales vertigineuses et de désastres écologiques, le romancier s’invente démiurge. Décidant, lui aussi, d’inverser le processus, il embarque son lecteur éberlué dans une ébouriffante utopie.

Les victimes d’hier se réapproprient leur destin : tandis que, dans les Andes, les terres minières reverdissent, deux licenciés d’Opié (dont notre Franjo), ayant rejoint la ZAD de Cadarache, trouvent le moyen de faire imploser la toute-puissance capitaliste ; la vie de Samia, elle, a changé depuis sa rencontre, lors de la Gay Pride, avec Yaqut, dont la défense d’un islam de paix et de lumière l’a convaincue de s’engager à ses côtés dans un djihad… de l’amour ; quant à Tyapsa, la seule survivante de la tribu de Kètes, on la retrouvera, après bien des tribulations, figure centrale d’un final libertaire, burlesque et transgressif.

C’est un vibrant éloge au pouvoir de la fiction que cet éblouissant roman-monde, mené tambour battant par un écrivain qui jamais ne doute de la capacité de ses personnages d’aller au bout de leurs désirs.


POLICE
17,50

Ils sont gardiens de la paix. Des flics en tenue, ceux que l’on croise tous les jours et dont on ne parle jamais, hommes et femmes invisibles sous l’uniforme. 
 
Un soir d’été caniculaire, Virginie, Érik et Aristide font équipe pour une mission inhabituelle : reconduire un étranger à la frontière. Mais Virginie, en pleine tempête personnelle, comprend que ce retour au pays est synonyme de mort. Au côté de leur passager tétanisé, toutes les certitudes explosent. Jusqu’à la confrontation finale, sur les pistes de Roissy-Charles-de-Gaulle, où ces quatre vies s’apprêtent à basculer. 
 
En quelques heures d’un huis clos tendu à l’extrême se déploie le suspense des plus grandes tragédies. Comment être soi, chaque jour, à chaque instant, dans le monde tel qu’il va ?


Avant que les ombres s'effacent

Dalembert, Louis-Philippe

Sabine Wespieser

21,00

En guise de prologue à cette fresque conduisant son protagoniste de Łódź, en Pologne, à Portau-Prince, l’auteur rappelle le vote par l’État
haïtien, en 1939, d’un décret-loi de naturalisation in absentia, qui a autorisé ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à des centaines de Juifs, leur permettant ainsi d’échapper
au nazisme.
Avant d’arriver à Port-au-Prince – à la faveur de ce décret – au début de l’automne 1939, le docteur Ruben Schwarzberg, né en 1913 dans
une famille juive polonaise, a traversé bien des épreuves. Devenu un médecin réputé et le patriarche de trois générations d’Haïtiens, il a peu
à peu tiré un trait sur son passé. Mais, quand Haïti est frappé par le séisme de janvier 2010 et que la petite-fille de sa défunte tante Ruth –
partie s’installer en Palestine avant la deuxième guerre mondiale – accourt parmi les médecins et les secouristes du monde entier, il accepte de
revenir pour elle sur son histoire familiale.
Pendant toute une nuit, installé sous la véranda de sa maison dans les hauteurs de la capitale, le vieil homme déroule pour la jeune femme le récit des péripéties qui l’ont amené à Port-au-Prince. Au son lointain des tambours du vaudou, il raconte sa naissance en Pologne, son enfance et ses années d’études à Berlin, où son père Néhémiah avait déménagé
son atelier de fourreur, la nuit de pogrom du 9 novembre 1938, au cours de laquelle lui et son père furent sauvés par l’ambassadeur d’Haïti. Son
internement à Buchenwald ; sa libération grâce à un ancien professeur de médecine ; son embarquement sur le Saint Louis, un navire affrété pour transporter vers Cuba un millier de demandeurs d’asile et finalement refoulé vers l’Europe ; son arrivée, par hasard, dans le Paris de la fin des années 1930, où il est accueilli par la communauté haïtienne et,
finalement, son départ vers sa nouvelle vie, muni d’un passeport haïtien : le docteur Schwarzberg les relate sans pathos, avec le calme, la distance et le sens de la dérision qui lui permirent sans doute, dans la catastrophe,
de saisir les mains tendues. Fascinant périple, le roman de Louis-Philippe Dalembert rend également un hommage tendre et plein d’humour à sa terre natale, où nombre de victimes de l’histoire trouvèrent une seconde patrie.


Les pêcheurs d'étoiles
18,00

Paris, 1925. Dans le bouillonnement des années folles, deux hommes vont vivre une nuit d’exception. À la poursuite d’une femme fantomatique et aimée, sur les traces de Jean Cocteau qui leur a volé l’argument d’un opéra, ils sillonnent la nuit parisienne, de la Closerie des Lilas au Père-Lachaise, de l’Opéra Garnier à la banlieue rouge. Dans les méandres de la Ville Lumière, ils vont rebondir de caboulots en night-clubs et se laisseront entraîner dans une valse canaille durant laquelle ils croiseront Chagall et les époux Delaunay, Man Ray, Toulouse-Lautrec, Cab Calloway, Berthe Sylva, Picabia, Abel Gance, Chaplin ou encore la mémoire d’Apollinaire. Dans cette course folle, ils vont refaire le monde, rêver de gloire, pêcher le grand requin blanc sur les rives de la Seine, se promener à dos de girafe ou partir vers l’inconnu à bord d’une locomotive Pacific.

Ces deux hommes, dont le génie n’est pas encore reconnu, se nomment Blaise Cendrars et Erik Satie. Ensemble, ils vont se trouver et se perdre, tenter de réenchanter le monde, jusqu’au bout de la nuit.

Jean-Paul Delfino est écrivain et scénariste. Il est notamment l’auteur d’une Suite brésilienne, une histoire du Brésil en neuf romans. Avec Les Pêcheurs d’étoiles, sur les traces de deux artistes de légende, il nous invite à une échappée poétique dans le Paris des années 20.


Désorientale
22,00

Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde…
Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui.

------------------------
Prix du Style 2016