Vos libraires sont disponibles du lundi au samedi de 10h à 19h

Grand Ménage
EAN13
9782915018332
ISBN
978-2-915018-33-2
Éditeur
Quidam Édition
Date de publication
Collection
Made in Europe (34)
Nombre de pages
130
Dimensions
14 x 1 cm
Poids
174 g
Langue
français
Code dewey
843.1
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Héritière d'un double exil, une petite fille, tient dans ses mains inexpertes deux fantômes à l'écrasante majesté : l'Empire britannique, légué par un père au grand cœur, sorte d'anarchiste bourgeois qui oublie de lui en donner les clefs, et l'Algérie française, côté tennis et garden-parties, à la perte de laquelle elle voit sa mère assister dans la terreur et, prisonnière du silence d'une mémoire cassée, se replier dans le giron amer de l'extrême-droite catholique.
Faisant feu du bois qu'on lui propose à l'école, elle croit se fabriquer un destin par l'invention d'une patrie : Rome – et d'une langue maternelle imaginaire : le latin –, sans remarquer qu'elle a jeté son dévolu sur un autre empire écroulé. Du haut de ses douze ans, elle se figure barrer la route aux Barbares, relever Rome. Elle échoue, naturellement et croit sombrer corps et biens... De cet héritage singulier, les récits entrecroisés de Grand Ménage dressent le bilan et la clarté de leur prose éclaire le chemin inattendu pris par leur auteur.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Extrait de l'ouvrage

"Grand Ménage", de Victoria Horton (Quidam Editeur)

Mon père est mort le 18 octobre 1988. Depuis la fin 84, le délabrement de son état de santé et même, peut-on dire, l'horreur de sa maladie et le caractère barbare des souffrances qu'il endurait, l'alternance – plus banale de nos jours mais encore exceptionnelle en ce temps-là – des alertes à l'accident cardiaque avec séjour obligatoire à l'hôpital (d'où toute la rue pouvait l'entendre bramant à la fenêtre : « Les bonnes sœurs m'ont volé mes Gauloises ! Qu'on me fasse sortir d'ici ! ») et des rétablissements subits où il redevenait pour un temps le roi du porto-flip, le seigneur du gin-tonie, l'altération de son caractère où le jovial égoïsme de sa jeunesse se changeait en une anxiété hargneuse et tatillonne, sans compter les dégouttations visqueuses des bubons bleuâtres qui lui pendaient au menton, d'une façon particulièrement gênante pour les autres à table – tout cela, joint au souvenir des quelques mauvais tours que nous nous jouâmes mutuellement au cours des quarante années de sa vie où il fut mon père, avait fini par nous rendre à tous les deux notre contemporanéité importune.

© Grand Ménage Victoria Horton Quidam Editeur

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Victoria Horton