Beauté des fleurs, pourriture et loi du meurtre
EAN13
9782366721256
ISBN
978-2-36672-125-6
Éditeur
Plume de Carotte
Date de publication
Collection
ESPRITS NATURE
Nombre de pages
122
Dimensions
21,1 x 11,6 x 1,2 cm
Poids
140 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Beauté des fleurs, pourriture et loi du meurtre

De ,

Plume de Carotte

Esprits Nature

Offres

Octave Mirbeau (1848-1917) a gardé, sa vie durant, à la fois une forte relation à la nature, une haine des pouvoirs oppressants et un rapport complexe à la sexualité. C’est d’ailleurs pour s’éloigner d’une femme qu’il se réfugie en Bretagne, à Audierne, en 1884 et fait l’expérience d’une retraite salutaire sur une côte sauvage et frustre. Il voulait y écrire un roman dédié à la terre, à cette nature qui sauve, qu’il aurait titré Rédemption. Il n’aboutira pas, mais remplira ses textes de sève et de fleurs vénéneuses, d’arbres solidement enracinés et de paysans à leur image, d’animaux dont il dira la vulnérabilité et la force des instincts.
Mirbeau se prend aussi de passion pour l’horticulture. Il s’installe en 1889 près de Giverny, où Monet a créé un jardin saturé de fleurs. Les deux hommes échangent graines, plants et bulbes…
Inquiet pour la faune sauvage, à une époque qui a vu l’avènement des théories de Darwin, Mirbeau renvoie l’homme à ses origines. Comme s’il avait voulu redire, d’une plume trempée dans l’humour noir, son impuissance d’artiste quand la nature sait, de la pourriture, faire jaillir les plus belles fleurs.

« Je vous dirai que j’aime les fleurs d’une passion presque monomaniaque. […] Mais je n’aime pas les fleurs bêtes car, si blasphématoire que cela paraisse, il y a des fleurs bêtes, ou plutôt des fleurs, des pauvres fleurs à qui les horticulteurs ont communiqué leur bêtise contagieuse. »
Le concombre fugitif
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Élisabeth Combres