Nos vies
  •  
EAN13
9782283029763
ISBN
978-2-283-02976-3
Éditeur
Buchet-Chastel
Date de publication
Collection
Littérature française
Nombre de pages
192
Dimensions
19 x 12 x 1 cm
Poids
200 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

J'ai l'oeil, je n'oublie à peu près rien, ce que j'ai oublié, je l'invente. J'ai toujours fait ça, comme ça, c'était mon rôle dans la famille, jusqu'à la mort de grand-mère Lucie, la vraie mort, la seconde. Elle ne voulait personne d'autre pour lui raconter, elle disait qu'avec moi elle voyait mieux qu'avant son attaque.

Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l'on devine solitaire, regarde et imagine. Gordana, la caissière. L'homme encore jeune qui s'obstine à venir chaque vendredi matin... Silencieusement elle dévide l'écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire.

Nos vies est le nouveau roman de Marie-Hélène Lafon. Il aurait pour sujet la ville et ses solitudes
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

25 novembre 2017

vie moderne

Elle le dit, la narratrice du roman, elle aime imaginer des vies en voyant une silhouette. Et en ce moment, une silhouette particulière apparaît dans sa vie, celle de Gordana, une caissière du Franprix de la rue du Rendez-vous. Elle ...

Lire la suite

Une étape du Festival des littératures Atlantide à la librairie Coiffard
Le , Librairie Coiffard - L'Échelle

Dans le cadre de ce beau festival, venez partager un moment avec nous et Marie-Hélène Lafon, qui viendra nous parler de son roman paru fin août 2017, "Nos Vies", aux éditions Buchet-Chastel. La rencontre est animée par Frédérique.

En résumé :
« J’ai l’oeil, je n’oublie à peu près rien, ce que j’ai oublié, je l’invente. J’ai toujours fait ça, comme ça, c’était mon rôle dans la famille, jusqu’à la mort de grand-mère Lucie, la vraie mort, la seconde. Elle ne voulait personne d’autre pour lui raconter, elle disait qu’avec moi elle voyait mieux qu’avant son attaque. »
Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l’on devine solitaire, regarde et imagine. Gordana, la caissière. L’homme encore jeune qui s’obstine à venir chaque vendredi matin... Silencieusement elle dévide l’écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire.

Photo © JL PAILLE

  • Nos vies
    Nos vies
    Marie-Hélène Lafon
    Buchet-Chastel
    15,00

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Marie-Hélène Lafon