Vos libraires sont disponibles du lundi au samedi de 10h à 19h

La persistance du froid
EAN13
9782915018417
ISBN
978-2-915018-41-7
Éditeur
Quidam Édition
Date de publication
Collection
Made in Europe (41)
Nombre de pages
160
Dimensions
21 x 14 x 0 cm
Poids
194 g
Code dewey
843
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

« Trop tard, ou bien ça n’a pas encore commencé, le Grand Générique a défi lé sans s’interrompre – le temps d’y trouver son nom, nous voilà déjà mort –, qui annonçait par avance l’odeur des continents et des pelages, le goût des grandes jeunes filles et la mélancolie pensive de leurs enfants, un instant, sous un soleil de septembre, ce Programme peuplé de promesses encore neuves, emballées de peau humaine, sa liste entière de jeux de circonstances dont il fallait connaître la règle, le nombre exact de corps et de textes à déchiffrer, cette nomenclature trop somptueuse pour un seul homme, faite d’animaux, de végétations, montagnes, océans, œuvres, pensées, beautés, sentiments, sensations, tout cet index qui enveloppe en un linceul de papier journal le cadavre d’un saumon à peine adulte reparti vers l’Origine mais retrouvé mort, un samedi soir, sur la glace d’un étal de poissonnier. »

Cosmonaute déchu, actrice de télévision, soldat déserteur ou pianiste de jazz, La Persistance du froid escorte ces trajectoires et quelques autres. Et le prophète du coin de la rue tel le majordome d’une arche de Noé, de sa voix, scande d’allégorie leur passage.
S'identifier pour envoyer des commentaires.
À propos de la Persistance du froid, par François Monti

Derrière son impénétrable titre, ce roman cache une série de portraits bâtie comme une dérive d’un personnage à l’autre. Personne ne sera surpris d’apprendre que chacun des individus à faire son apparition est lié, d’une manière ou l’autre, à au moins un de ses compagnons de papier. D’un musicien de rue, on passe à un anthropologue puis à son élève et au « performer » / ritualiste qu’elle observe, une actrice célèbre, des résistants français, un cosmonaute soviet. On aurait presque envie de dire en grande pompe « une œuvre qui traverse les bouleversements du siècle ». On ne le fera pas : ce serait mentir. On aurait envie de dire un roman polyphonique. On ne le fera pas : ce serait mentir...

Lire l'article de François Monti, sur le Fric Frac Club