LA VILLE AUX MAISONS QUI PENCHENT, Suites Nantaises
EAN13
9782913904637
ISBN
978-2-913904-63-7
Éditeur
Chambre d'échos
Date de publication
Nombre de pages
86
Dimensions
20 x 13 x 0 cm
Poids
115 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Ville Aux Maisons Qui Penchent

Suites Nantaises

De

Chambre d'échos

Offres

Nantes, la ville, sa forme ou le sentiment qu’elle en donne… Une citadine familière des lieux nous incite à glisser notre main sur ce tuffeau des murs, « Une tendresse nous vient pour cette pierre de fleuve dont est bâtie la ville », à capter dans Les Anneaux de Buren sa matière fluide, vents et remous de marée. Au fil de sa rêverie, la passante dérive, de «la Fabrique des sourds où l’on martelait les tôles de la dure nécessité » aux vestiges du passé négrier ou à la beauté du pont Éric Tabarly, « superbement libre comme la mer ». Dans ce décor vibrant de présences, instants de ville, impressions d’hier et d’aujourd’hui se mêlent. Un poème de Cocteau, un tableau du port par William Turner, un air de musicien des rues, une gravure de Rodolphe Bresdin, un air de Bashung dans une friche industrielle. Point n’est besoin d’être nantais pour entrer dans ce rêve d’une ville.

« Le quai aux maisons qui penchent : devant les hôtels négriers du Quai de la Fosse, c’est toujours le regard des premières années. Par le charme d’un bon génie, les immeubles font la nique à la pesanteur. Délicieuse terreur d’enfance de voir le monde s’écrouler. Mais non, l’ange de l’apesanteur leur accorde un suspens magique. Ils se moquent des marais sur lesquels on les a construits. La vie, semblent-ils dire, va souvent de guingois. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Entre littérature et art, deux trajectoires nantaises
Le , Librairie Coiffard - L'Échelle

Marie-Hélène Prouteau, écrivaine et enseignante sera interrogée par Olga Boldyreff, artiste nantaise sans frontières, elles évoqueront à la fois la littérature, l'art, leur rencontre, la place de la ville de Nantes dans leur œuvre.

Dans son dernier ouvrage Marie-Hélène Prouteau déambule dans Nantes et ses environs, et traduit de manière sensible les rues et monuments nantais pour nous en évoquer la beauté.

Olga Boldyreff quant à elle a réalisé plusieurs expositions à Nantes et dans le monde. Par ses œuvres, peintures, aquarelles, et à travers ses conférences, et performances, elle traduit ses questionnements sur son identité plurielle (nantaise et russe), la frontière entre art majeur et art mineur, le rapport au temps et à l'espace, et fait écho à la littérature russe avec Pouchkine, Gogol et Dostoïevski, et Ivan Bounine. Marie-Hélène Prouteau évoque une oeuvre d'Olga B. dans son livre.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Marie-Hélène Prouteau