La mélodie volée du Maréchal
EAN13
9782809823707
ISBN
978-2-8098-2370-7
Éditeur
Archipel
Date de publication
Collection
Histoire
Nombre de pages
192
Dimensions
23 x 14 x 1 cm
Poids
280 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La mélodie volée du Maréchal

De

Archipel

Histoire

Offres

«C’est vrai», «Paris sera toujours Paris», «Félicie aussi»... Durant les années 1920 et 1930, Casimir Oberfeld signe les musiques de certains des refrains les plus populaires de Mistinguett, Maurice Chevalier, Fernandel et Arletty. On lui doit aussi les thèmes de nombreuses revues de music-hall et d’une soixantaine de films (Le Schpountz, Fric-Frac...).
Cruelle ironie de l’Histoire : en 1941, tandis que le compositeur est assigné à résidence à Uzerche, La Margoton du bataillon, son air d’opérette créé en 1933, est plagié et devient le refrain de « Maréchal, nous voilà ».
Ceux qui entonnent alors l’hymne vichyste ignorent que la mélodie est celle d’un juif polonais interdit de toute activité officielle. Oberfeld mourra d’épuisement en déportation à 42 ans, lors de la «marche de la mort» précédant la libération du camp d’Auschwitz – dont il a été le pianiste en 1944.
Jean-Pierre Guéno a reconstitué le parcours de ce compositeur oublié, au talent égal à celui d’un Maurice Yvain ou d’un Vincent Scotto, avec le concours de son fils Grégoire, dont il évoque aussi l’itinéraire singulier.
S'identifier pour envoyer des commentaires.