Lost in Maths, Comment la beauté égare la physique
1 autre image
EAN13
9782251449319
ISBN
978-2-251-44931-9
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Nombre de pages
348
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
425 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lost in Maths

Comment la beauté égare la physique

Les Belles Lettres

Offres

La physicienne Sabine Hossenfelder mène l’enquête pour comprendre comment l’obsession moderne de la beauté nous empêche de voir le monde tel qu’il est.
« La beauté est vérité », disait John Keats. Pendant plus d’un siècle, ce fut parole d’évangile pour les physiciens. Qu’ils s’interrogent sur l’existence des trous noirs ou qu’ils prédisent de nouvelles découvertes au CERN, ils sont convaincus que les meilleures théories sont belles, naturelles et élégantes.

Dans Lost in Maths, la physicienne Sabine Hossenfelder mène l’enquête pour comprendre comment l’obsession moderne de la beauté nous empêche de voir le monde tel qu’il est. Aveuglés par l’élégance mathématique, les physiciens ont développé des théories stupéfiantes, inventé des dizaines de nouvelles particules, décrété des modèles de grande unification. Mais aucune ou presque de ces idées n’a été confirmée par l’observation — en fait, beaucoup d’entre elles sont tout bonnement invérifiables. En dépit de ces contradictions, les théoriciens sont persuadés que leurs gracieuses équations et leurs formules élégantes recèlent de formidables vérités sur la nature. Et du fait de ces théories « trop belles pour ne pas être vraies », la discipline est aujourd’hui dans l’impasse.

Pour en sortir, les physiciens doivent repenser la façon qu’ils ont d’édifier leurs théories. Lost in Maths nous rappelle que ce n’est qu’en acceptant le désordre et la complexité que les scientifiques pourront découvrir la vérité sur notre univers.
De même qu’il arrive au cours d’une expérience scientifique qu’on découvre quelque chose qu’on ne cherchait pas, le livre de Hossenfelder ne traite pas seulement des problèmes de la physique. Il traite aussi des problèmes d’un monde où l’on aspire à la beauté parce qu’on ne sait pas trop où l’on va.
Ce que montre aussi Sabine Hossenfelder, c'est la confusion entre physique et philosophie. À préférer la théorie séduisante à l'équation mathématique, la physique perd son temps et son argent en voulant résoudre des problèmes qui n'en sont pas.
Outre la remarquable pédagogie pour expliquer des concepts ardus et l’humour dont elle fait preuve, Sabine Hossenfelder innove aussi dans la forme. Son récit est constitué d’une dizaine de rencontres aux quatre coins du monde avec des physiciens théoriques parmi les plus réputés — Frank Wilczek, Steven Weinberg... — pour échanger sur ce thème de la beauté.
S'identifier pour envoyer des commentaires.