La décroissance, « Que sais-je ? » n° 4134
Éditeur
Presses Universitaires de France
Date de publication
Collection
Que sais-je ?
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La décroissance

« Que sais-je ? » n° 4134

Presses Universitaires de France

Que sais-je ?

Offres

  • AideEAN13 : 9782130810148
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    6.49

Autre version disponible

Le terme « décroissance » est récent dans le débat économique actuel, même si l'idée a une histoire plus ancienne. Mais que désigne-t-il au juste ? Une inversion de la courbe de croissance du produit intérieur brut (PIB), indice statistique censé mesurer la richesse ? Ou la fin de l'idéologie de la croissance, c'est-à-dire du productivisme ? Si la croissance est une croyance en un progrès infini – pourtant chaque jour démenti par les ressources nécessairement limitées de la planète –, alors la décroissance est un gros mot, voire un blasphème. C'est pourtant cette idée qui permettrait de réenchanter le monde, non pas en substituant à la religion de la croissance une religion inverse, mais en retrouvant la dimension spirituelle, quoique laïque, de l'homme, lequel n'est pas qu'un homo œconomicus. David Henry Thoreau, le précurseur de la décroissance, disait que « serait un poète celui qui pourrait enrôler vents et rivières à son service, afin qu'ils parlent pour lui ». La décroissance, c'est cet art de vivre, un art de vivre bien, en accord avec le monde, un art de vivre avec art.
S'identifier pour envoyer des commentaires.