EAN13
9782878442694
ISBN
978-2-87844-269-4
Éditeur
Faton
Date de publication
Nombre de pages
96
Dimensions
21 x 21 x 0 cm
Poids
1 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Figures du Grand Siècle par Robert Nanteuil

Faton

Offres

Dessinateur et graveur au burin, Robert Nanteuil est l’un des portraitistes les plus recherchés du siècle de Louis XIV. Après quelques gravures de jeunesse consacrées à des sujets religieux (dont un extraordinaire Moïse d’après Philippe de Champaigne), Nanteuil se spécialise dans l’art du portrait. Apprécié des puissants, il dessine au pastel et grave sur cuivre les traits des plus grands personnages de son temps. Très apprécié de Louis XIV dont il réalise onze portraits différents, il devient dessinateur et graveur du roi en 1657.

Grâce au duc d’Aumale (1822-1897), donateur de Chantilly à l’Institut de France, le musée Condé de Chantilly possède une collection exceptionnelle d’œuvres de l’artiste, plus de 360 épreuves gravées en taille-douce et un chef-d’œuvre de l’art du pastel, le Portrait de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), gravé en 1676 par Nanteuil lui-même en frontispice de la thèse de Jean-Baptiste Legrand. Le tout-puissant surintendant des Bâtiments, Contrôleur général des Finances, originaire de Reims comme Nanteuil, avait fait graver son portrait au moins six fois par son compatriote, celui-ci étant le dernier, deux ans avant la mort de Nanteuil en 1678. Le duc d’Aumale avait acquis ce portrait exceptionnel en 1876, en Angleterre, de Lord Gower, duc de Sutherland, avec la collection d’Alexandre Lenoir (1762-839), alors que les gravures proviennent pour l’essentiel de la vente après décès en mai 1854 à Paris d’Armand Bertin (1801-1854), le rédacteur en chef du Journal des Débats. Le duc d’Aumale écrit le 3 mai 1854 : « Quoique je ne veuille pas me mettre à collectionner les estampes et que je ne les recherche que par occasion et pour certaines spécialités, je suis très séduit cependant par cette admirable collection de Nanteuil et par son caractère historique. »
En effet, parmi les personnages dont Nanteuil grava les traits, figure toute la famille royale : la collection de Chantilly comprend une quinzaine de portraits de Louis XIV, la reine Anne d’Autriche, le Grand Dauphin, Philippe d’Orléans, frère unique du roi, etc. Le ministre Louvois est présent ; Jules Mazarin également avec une vingtaine d’épreuves dont une magnifique représentation du cardinal-ministre assis dans sa galerie de tableaux. Le Grand Condé et son cousin Turenne figurent avec leurs attributs guerriers, ainsi que la duchesse de Longueville, sœur du Grand Condé. On y trouve la noblesse de robe, les parlementaires (Mathieu Molé, Pierre Séguier, Denis Talon…), les écrivains (Bossuet, Ménage). Au total, l’œuvre gravé de Nanteuil comprend plus de 240 portraits des membres de la cour et des dignitaires du royaume. Il grava onze fois le portrait de Louis XIV, deux fois celui d’Anne d’Autriche, quatorze fois celui de Mazarin, dix fois celui de Louvois, six fois celui de Colbert. Il fit aussi le portrait de la reine Christine de Suède. Gérard Edelinck a gravé l’autoportrait dessiné par l’artiste.

Grand collectionneur, impressionné par la technique époustouflante de Nanteuil, le duc d’Aumale a acquis plusieurs états différents d’une même gravure, provenant parfois de grands collectionneurs (Pierre Mariette au xviie siècle, Alcide Donnadieu au xixe siècle). D’une simplicité classique, d’une grande sobriété, au-delà du rendu précis des traits d’un visage, les portraits de Nanteuil révèlent la personnalité et les traits de caractère du modèle. Souvent de grandes dimensions, d’une technique d’un brio exceptionnel, ces gravures au burin sont à l’apogée de la gravure de portrait en France.
S'identifier pour envoyer des commentaires.