Votre librairie est ouverte le lundi de 14 h à 19 h et du mardi au samedi de 10 h à 19 h.

Vies majuscules / autoportrait de la France des périphéries
EAN13
9782363832795
ISBN
978-2-36383-279-5
Éditeur
Les petits matins
Date de publication
Collection
ESSAIS
Nombre de pages
332
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
404 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Vies majuscules / autoportrait de la France des périphéries

Les petits matins

Essais

Offres

De l’ombre à la lumière. Le mouvement des Gilets jaunes puis, surtout, la
crise du Covid-19 ont braqué le projecteur sur une France aux contours flous,
longtemps invisibilisée. Une France qui vit « à quelques euros près », qui n’a
pas besoin qu’on lui dise de traverser la rue pour savoir que le travail est un
précieux gage de survie ou d’émancipation, pour qui une voiture en état de marche est une absolue nécessité,
qui connaît le prix de la solidarité... La France des caissières, des postiers, des aides-soignantes, de ceux
qui entretiennent les résidences sociales. Celle qui est restée courageusement sur le pont pendant cet étrange
printemps de confinement.
C’est cette France des « vies majuscules » que l’ambitieux projet qui a donné naissance à ce livre a voulu
appréhender. Encadrés par des journalistes, quelques centaines de témoins de tous âges, de Marseille à
Grande-Synthe, de Mulhouse à Caen, de Troyes à Toulouse, de Nantes à Billom, de Laxou à Saintes, de
Vierzon à Mont-Saint-Martin et de Joué-lès-Tours à Lunel, ont pris la plume pour se raconter. Loin des
clichés condescendants ou stigmatisants, ils relatent bien concrètement la recherche d’un stage quand on
n’a pas « la gueule de l’emploi », le rôle de « psy à temps partiel » d’une employée de ménage, l’angoisse des
formalités « dématérialisées » quand on ne maîtrise pas les outils numériques, la sortie tête haute d’une
situation de violence conjugale ou familiale. Mais encore la chaleur des relations de voisinage ou d’un réseau
d’aide pour obtenir enfin des papiers quand on a « choisi la France ».
Personnels et universels, graves, amusés, coléreux, amoureux, informatifs, fantaisistes, ces textes, qui se
répondent et se complètent, apportent la preuve, s’il en fallait, que les « petites histoires » permettent bien
souvent de comprendre la « grande ».
Ce projet est porté par La Zone d’expression prioritaire (La ZEP), un dispositif d’accompagnement à
l’expression via des ateliers d’écriture animés par des journalistes, et le réseau des Régies de quartier et de
territoire.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Témoignages des habitants du quartier Bellevue de Nantes
Le , Librairie Coiffard - Tome 1

| Évènement COMPLET |

De l’ombre à la lumière. Le mouvement des Gilets jaunes puis, surtout, la crise du Covid-19 ont braqué le projecteur sur une France aux contours flous, longtemps invisibilisée. Une France qui vit « à quelques euros près », qui n’a pas besoin qu’on lui dise de traverser la rue pour savoir que le travail est un précieux gage de survie ou d’émancipation, pour qui une voiture en état de marche est une absolue nécessité, qui connaît le prix de la solidarité… La France des caissières, des postiers, des aides-soignantes, de ceux qui entretiennent les résidences sociales. Celle qui est restée courageusement sur le pont pendant cet étrange printemps de confinement.
Personnels et universels, graves, amusés, coléreux, amoureux, informatifs, fantaisistes, ces textes, qui se répondent et se complètent, apportent la preuve, s’il en fallait, que les « petites histoires » permettent bien souvent de comprendre la « grande ».

Un projet d'écriture de témoignages mené par la Zone d'expression prioritaire (ZEP) et le réseau des Régies de quartier et de territoire auprès des habitants du quartier Bellevue.
Le livre sera présenté par Elliot Clarke, suivi d'une lecture par Michèle Arrias, Mohammed Esshaymi, Bertrand Varoqui et madame Simon pour son mari Philippe Simon.