Cahiers (Tome 10-1910-1911), (1894-1914)
EAN13
9782070776894
ISBN
978-2-07-077689-4
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche
Nombre de pages
544
Dimensions
21 x 17 x 3 cm
Poids
725 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Cahiers (Tome 10-1910-1911)

(1894-1914)

De

Autres contributions de ,

Gallimard

Blanche

Offres

Les années 1910-1912 constituent dans l'œuvre de Valéry une période charnière. Cahiers, blocs-notes et carnets mettent en évidence les voies diverses où il commence à s'engager. Relégués désormais les grands registres, les cahiers de petit format prennent la relève en 1910. Recueils de notes rédigées, ils ont presque le statut d'œuvre à publier. Valéry s'installe dans le texte en fragments d'allure littéraire. Il écrit ou ébauche des pages qui paraîtront dans les années vingt : ainsi le «Log-book de M. Teste» - Teste, héros jamais perdu de vue ; ainsi les fragments recueillis dans la plaquette Au crayon et au hasard, puis dans Rhumbs en 1926, et le Cahier B 1910, d'abord reproduit en phototypie. Le manuscrit original, calligraphié, porte les marques de la première lectrice : dans les années vingt, Catherine Pozzi (Karin) sigla de son paraphe CK (ici reproduit) les passages qu'elle appréciait. Rythmant le texte, cette effraction est la trace de l'aventure intellectuelle et affective qui s'est alors jouée. En 1911 Valéry revient, dans des blocs-notes, aux grands axes de sa réflexion : la relation esprit-corps, le langage, le temps, et surtout le rêve dans le cahier «Somnia». S'il connaît alors sans doute, de seconde main, le Freud de la Traumdeutung révélée par des comptes rendus, Valéry ne cherche pas une «interprétation» des rêves, mais des lois conduisant à une théorie générale liée à sa conception combinatoire du fonctionnement de
l'esprit. Deux carnets de poche éclairent cette période et apportent des repères biographiques. Ils montrent un Valéry au quotidien notant des achats, des adresses d'amis, des rendez-vous. Appartenant à un corpus naguère ignoré, ils révèlent les impressions, idées, formules de premier jet qui sont germes de textes. Gênes et ses rues animées, Florence et ses édifices célèbres s'inscrivent dans le carnet «Genoa» rédigé durant un séjour en Italie, et riche de croquis : des statues de Michel-Ange, un portrait de Raphaël, le palais Pitti. Le vécu personnel, sensoriel, affectif, intellectuel s'y inscrit, donnant bientôt naissance à des proses poétiques. Ce qui se cherche ou se pressent, dans ces années, c'est l'expression plus libre d'une sensibilité affleurant au sein même de la pensée abstraite.
Ce volume X propose les Cahiers 1910-1911, un choix de «feuilles volantes» parallèles aux Cahiers et trois autres «carnets de poche».
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Paul Valéry