L'Ombre animale
Éditeur
Zulma
Date de publication
Collection
Zulma numérique
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'Ombre animale

De

Zulma

Zulma numérique

Indisponible

Autre version disponible

Il y a Toi, bonne à tout subir et à tout faire, Makenzy, en père pire que
maudit, Orcel, le frère mutique posté devant la mer, l’Envoyé de Dieu et ses
bacchanales infernales, et puis les loups qui rôdent en mauvais anges
expropriateurs… Et il y a la voix, une voix de femme qui monte du fond de
l’abîme ou du tréfonds du ventre. Elle s’incarne, libre, puissante, en
récitante héroïque de sa vie de rien, celle d’avant la mort, avant que les
siens ne l’abandonnent dans ce village perdu – « je suis le rare cadavre ici
qui n’ait pas été tué par un coup de magie, un coup de machette dans la nuque
ou une expédition vaudou, il n’y aura pas d’enquête, de prestidigitation
policière, de suspense à couper le souffle comme dans les films et les romans
– et je te le dis tout de suite, ce n’est pas une histoire –, je suis morte de
ma belle mort, c’était l’heure de m’en aller, c’est tout » Un roman tout
entier porté par le souffle d’un verbe incandescent. Makenzy Orcel est né à
Port-au-Prince en 1983. Après les Immortelles, premier roman très remarqué,
salué par le Prix Thyde Monnier de la SGDL, il nous revient avec l’Ombre
animale, magistral. À propos des Immortelles : « Une écriture poétique qui
flambe haut, très haut. » David Fontaine, Le Canard enchaîné.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Makenzy Orcel