Votre librairie est ouverte le lundi de 14 h à 19 h et du mardi au samedi de 10 h à 19 h.

o n l a l u

http://www.onlalu.com/

o n l a l u est un site de critiques et d'informations littéraires animé par une rédaction et ouvert aux internautes.

Les Mensch
18 mars 2013

Une étrange folie

Les Mensch ? Une famille d’apparence ordinaire habitant une maison, véritable « navire en folie » qui vit, bouge, se rétrécit, s’élargit... Les protagonistes ? Le père Théo, la mère Muriel et leurs deux enfants Marie et Simon, « l’idiot du quartier qui avale par poignées des mottes de terre parfumée ». Et aussi la cave de la maison, remplie de secrets, qu’une femme jalouse avait fait combler en son temps, et dans laquelle les Mensch s’installent. Pour les vacances d’abord, puis pour toujours. Jusqu’au jour où... Superbement écrit, ce roman bouleversant, qui mélange subtilement le réel et le fantasque, plonge son lecteur dans une étrange folie d’où il ressort tout retourné et complètement éberlué. Magnifique.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Vie rêvée, (pages d'un journal, 1965, 1971-1977)

(pages d'un journal, 1965, 1971-1977)

Grasset

22,00
17 mars 2013

Mémoires d'outre-rêves

De 1965 à la fin des années 70, le journal de Thadée Klossowski de Rola, fils de Balthus, nous entraîne à la rencontre des derniers héritiers de la _Café- Society _et des pionniers de la _Jet-Set_. Bienvenue dans un monde d’initiés où le style, les bons mots et la folie divertissante tiennent lieu de passeport. Entre tous ces dîners et voyages au cœur de l’extraordinaire et de la légèreté, Thadée tente de s’atteler à la « tâche littéraire ». Il s’estime peu, se sent perdu ; le sexe, l’amitié et à défaut la littérature, lui servent de remparts. Ce tourbillon de mondanités en sublime compagnie (malheureusement souvent difficile à identifier avec la seule mention des prénoms ou des surnoms), peut laisser exsangue, y compris le lecteur qui aimerait partager des moments plus intimes et vrais de la vie de ces monstres sacrés. Mais tout le sens de ce journal de jeunesse est révélé dans ses dernières lignes. La vérité de Thadée tient à Loulou, la troublante muse du couturier Yves Saint Laurent. Après leur folle errance jusqu’au bord du précipice de la « vie rêvée », ces deux amoureux se reconnaissent enfin et choisissent d’emprunter la voie d’une véritable vie « de rêves ». Et la chrysalide s’est faite papillon…

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Les enquêtes du département V, Délivrance
15 mars 2013

L'écrivain venu du froid

L’homme est étonnant, mais après tout, pourrait-il en être autrement lorsqu'on a passé son enfance dans un hôpital psychiatrique? Même si c'était parce que son père travaillait comme médecin, ça laisse des traces. Une sorte de " Vol au-dessus d'un nid de coucous " en live... A l'âge où on discute foot avec ses copains, lui se lie d'amitié avec un malade qui a tué sa femme, et réalise qu'ange et démon peuvent très bien se côtoyer en une même personne. En souvenir de cet ami un peu spécial, il a donné son nom, Morck, au héros policier, que l'on a découvert dans " Miséricorde ". Un roman que l'on déconseille vivement à tous les claustrophobes, puisqu'une femme y est enfermée dans une cage pendant plusieurs années! Il y eut ensuite " Profanation ", un peu moins réussi, et le voilà à nouveau en grande forme avec " Délivrance ". On y retrouve les thèmes fétiches: l'enfermement, la folie, la déchéance. Le tiercé gagnant des polars. C'est une bouteille à la mer (au sens propre) qui va déclencher l'enquête, un appel au secours danois qui a dérivé vers l'Ecosse. Et cette bouteille qui recèle un papier dont l’encre ressemble à du sang, finit tout naturellement sa route chez Carl Morck en charge du département des affaires non résolues, ou en d'autres termes télévisés, les " cold case ". Elle le met sur la piste d'un psychopathe qui enlève des enfants, pour autant qu'ils fassent partie d'une secte. Et quand Olsen parle de psychopathe, croyez-moi qu'il en connaît un rayon !

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Mademoiselle Chance
15 mars 2013

La mariée était en noir

Double mariage chez les ultra-riches : Chance Doyen va épouser Aurore Dragan, sœur de Luc, qui lui-même convole, le même jour et sous les mêmes tentes à rayure avec l’héritière de la septième fortune de France. A moins que ce ne soit la huitième. Et là, drame : la mariée disparaît. Elle venait d’apprendre qu’elle était enceinte… Chance la retrouve  quelques mois plus tard, dans un coma dont elle ne se réveillera jamais, juste à temps pour la faire accoucher. Ainsi naît Mademoiselle Chance. Neuf ans plus tard, tous les enfants qui avaient été présents au mariage sont enlevés et sauvagement assassinés. Un par un. Méthodiquement, cruellement. Implacablement. Car celui que l’on appelle l’Inconnu n’est pas un serial killer comme les autres : il est le Mal incarné. Brillant, pervers. D’autant plus pervers qu’il est brillant. L’histoire nous en a fourni plus d’un de son espèce, qui, pour satisfaire leur besoin meurtrier, s’attaquaient à des causes. Soi-disant. Sur fond de revanche sociale, qui n’est en fait qu’un gimmick pour brouiller les pistes, le tueur tue pour tuer. Il tue parce qu’on le lui a appris. Et qui ? Ceux qui, normalement, sont censés être du bon côté. C’est cette intrigue machiavélique où le Bien et le Mal flirtent et se côtoient, où le Mal va jusqu’à prendre l’apparence du Bien et vice-versa, que devra dénouer Mademoiselle Chance, avec une intelligence vive dont on se demande d’où elle vient et un goût immodéré pour le cinéma. Le cinéma, nous y voilà : adeptes de Tarantino, vous retrouverez ici la même violence, certes, mais aussi le même rythme et le même humour désabusé. Une dernière scène d’anthologie notamment, avec le « formateur »… Terrifiant. Un sacré bon polar, à la française une fois n’est pas coutume, qui dézingue tous les codes du genre. Bang bang

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

L'évadé de Wan Chai
14 mars 2013

Fantômette made in China

Si vous êtes nostalgique des aventures de Fantômette (on parle d'une époque d'avant Harry Potter, presque de la lampe à pétrole donc!), bref si vous aimez les héroïnes pleines de peps et de culot, Ava Lee est votre femme. A trente ans, cette jeune Chinoise est comptable. Mais attention, pas du genre de celles qui remplissent votre déclaration d'impôt. Non, elle est spécialisée en fraudes. Une petite dette de quelques millions de dollars qu'on ne vous a pas payée ? Ava va vous régler ça en quelques coups de karaté et une enquête qui mettra tous les éléments de son côté. Cette fois, alors qu'elle avait envie de se reposer un peu, son oncle lui demande d'aider un de ses amis. Et en Chine, on ne refuse rien à la famille. La voici donc à la poursuite de cinq millions de dollars escroqués. Elle va bien sûr trouver sur son chemin des personnes peu recommandables. L'éditeur est tellement sûr de son coup, qu'il est prêt à vous rembourser si vous n'aimez pas. Donc zéro risque à essayer.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u