Librairie coiffard

Il est juste que les forts soient frappés
par (Libraire)
16 janvier 2020

Conseillé par Stéphanie, Coralie et Caroline

Certaines vies sont parfois bousculées, bouleversées à jamais par des drames. Tout un pan de la littérature aujourd'hui propose des histoires de bonheur facile, un peu naïves mais qui remportent de toute évidence un franc succès. Mais est-ce le rôle de la littérature de tromper son lecteur? Non. La vie n'est pas un droit chemin. Oui. La mort frappe. Et parfois même ce sont les plus forts qui sont frappés. Et pour autant? N'y aurait-il pas moyen de regarder les choses en face, même les plus insupportables et de les affronter avec humour, avec une appétence pour la joie et pour la vie?
Il est souvent question de Capra dans le roman de Thibault Bérard. Et bien l'histoire de Théo et Sarah résonne avec cette petite musique là. Sans se voiler la face, une femme, un homme et tous ceux qui les aiment vont affronter la peur. Et si la mort gagne, c'est l'amour qui triomphe!

DEBUTANTS

Blondeau Catherine

Mémoire d'encrier

25,00
par (Libraire)
26 décembre 2019

Conseillé par Stéphanie

Lire "Débutants" c'est revisiter le monde, l'Histoire et l'Homme autrement.
Catherine Blondeau aura mis dix ans à écrire ce premier roman car, on le comprend dans ses remerciements, pour alimenter son écriture c'est la rencontre, les femmes et les hommes, les témoignages, le vécu, qu'elle a été chercher. Avec ce matériau vivant, elle imagine plusieurs personnages réunis le temps de l’inauguration du musée national de Préhistoire à Meyral, un charmant village de Dordogne. En faisant la connaissance de Peter, Nelson et Magda vous partirez à Londres, en Afrique du Sud et en Pologne en vous attachant à des personnages épris d'amour et de liberté. A travers eux, vous vous laisserez porter tout en vous interrogeant sur la place de l'Homme dans l'Histoire. Car c'est peut-être en revenant au tout début, en lisant autrement ces fameuses peintures rupestres célébrées au commencement du roman que se trouve une réponse. Catherine Blondeau réussit très certainement son pari de départ en nous obligeant à faire un pas de côté et à regarder les choses autrement, tout en nous embarquant dans un récit soutenu par un beau souffle romanesque.

Pension complète

Schwartzmann, Jacky

Le Seuil

18,00
par (Libraire)
6 juin 2019

Conseillé par Coralie

Jacky Schwartzmann est un jeune auteur français, spécialiste de l'humour noir et des ambiances décalées et cyniques.

Dino Scala vit en couple avec une richissime luxembourgeoise, Lucienne, de 32 ans son aînée. Dino vit donc chez Lucienne mais aussi avec la mère de celle-ci, environ 100 ans, qui ne pipe pas un mot mais lui fait passer quelques messages avec le regard.
Un soir, Dino va connaître une altercation avec le banquier de Lucienne et va jusqu'à lui dérober sa Rolex : preuve de sa nonchalance... Après cette incartade, Lucienne propose à Dino de quitter le pays pour l'été afin de se faire oublier et de loger dans son yacht, à St-Trop, évidemment.
Sur le trajet, une panne de voiture l'oblige à s'arrêter et à passer quelques nuits dans un camping miteux où se côtoient anglais et hollandais : un cauchemar ! Heureusement, il a pour voisin de bungalow Charles, écrivain couronné par le Goncourt qui voit ce "camping des Naïades" comme un moyen d'observer les vrais gens dans leur milieu naturel, afin de mieux parler d'eux.
Seulement, dans ce lieu apparemment sans histoires, les morts étranges commencent à s'accumuler.
Un roman noir décapant et un humour maîtrisé à la perfection. Au-delà de l'aspect récréatif de ce polar, Jacky Schwartzmann pose les bases de réflexions sur l'amitié, la confiance et la descente des sommets.

Darktown

Mullen, Thomas

Rivages

22,00
par (Libraire)
6 juin 2019

Conseillé par Coralie

Darktown, c'est la ville d'Atlanta en 1948 et plus particulièrement les quartiers noirs de la ville.
Le constat de départ est simple : le maire d'Atlanta a décidé de créer une patrouille de flics noirs. Cette décision est clairement de la poudre aux yeux et ces nouveaux flics sont parqués dans le bureau le plus exigu et le plus loin possible du commissariat. L'enquête semble plutôt classique : une jeune femme - noire - est retrouvée morte dans un terrain vague. Ce type d'enquête, habituellement vite bâclée va laisser l'équipe des nouveaux policiers sur le qui-vive. Impossible pour eux de laisser ce meurtre sans explications.
Désaisis immédiatement de l'enquête, certains vont malgré tout continuer à enquêter de leur côté en luttant contre toutes les exclusions dont ils sont victimes.
Darktown, c'est entrer dans la noirceur d'une ville au lendemain de la seconde guerre mondiale, c'est flirter avec la corruption, se prendre de passion pour les enquêteurs et vouloir faire la lumière sur toute cette affaire coûte que coûte.

À la ligne, Feuillets d'usine

Feuillets d'usine

La Table Ronde

18,00
par (Libraire)
27 février 2019

Conseillé par Lyonel

La littérature comme ligne d’horizon, voilà le geste fou de Joseph Ponthus. Formellement, ce premier livre en forme de bateau ivre fourmille de constellations poétiques. Mais on aurait tort de ne voir l’originalité de ce texte que par sa structure rigide de vers libres. C’est aussi la restitution de ces voix d’ombres, de ces personnages oubliés qui s’épuisent dans les corridors interminables des usines. On y voit et entend: la folie, la bêtise crasse, la beauté des gestes, l’absurde et des brindilles de vies pas encore complètement consumées. Joseph Ponthus brode ces portraits comme Apollinaire brodait ses lettres d’amour sur le champ de bataille - entre quelques balles sifflantes.
C’est violent et cru, c’est drôle et terriblement humain. On rencontre les ombrages de Charles Peguy, de Cendrars; on se remémore le crachat lumineux de Louis Calaferte et son Septentrion. Toujours, même dans les territoires opaques et portés de désillusions, pousse le germe fragile mais définitif de la littérature. Les carcasses des bêtes découpées prolifèrent comme les phrases et ce chant Homérique déroule jusqu’au vertige. Le verbe est une forme de résistance face à ces actions - répétées et absurdes. Ponthus livre également, plus secrètement, un joli tableau d’un amour conjugal qui le fait tenir, qui le fait rêver parmi les cadavres. Ce jeune homme a réussi a transformer la boue en or, voilà tout.