Librairie coiffard

Marie Vingtras

Points

7,50
Conseillé par (Libraire)
26 janvier 2023

Conseillé par Stéphanie, Rémy, Manon R et Coralie

Elle s'appelle Bess, c'est elle qui a perdu l'enfant. Elle a lâché sa main. Juste quelques secondes. Le temps de refaire son lacet. Elle l'a perdu. Alors elle ne va pas rentrer, pas avant de l'avoir retrouvé.
Il s'appelle Benedict, il est le père de l'enfant, et ce matin-là, alors qu'il n'est pas encore levé, il sent que quelque chose ne va pas. Quand il descend, il trouve la porte ouverte. La neige est entrée dans le salon, les bottes du petit ne sont plus là et les manteaux non plus. Pourtant même si Bess est une fille spéciale, elle sait qu'on ne doit pas sortir quand le blizzard tombe.
Il s'appelle Cole. Il a la gueule de bois et pense que Benedict se fout de lui quand il frappe ce matin-là et lui intime de partir avec lui à la recherche de Bess et de l'enfant dans le blizzard.
Il s'appelle Freeman, c'est un vieil homme et il n'a pas fermé l'oeil de la nuit avec ce temps. Il est gelé. Il voudrait être à mille lieues d'ici mais visiblement, il ne semble pas avoir le choix. Il doit rester là.
Bess, Benedict, Cole et Freeman sont les quatre narrateurs. Et puis, il y a Clifford, le compagnon de gnôle de Cole, que le lecteur découvre à travers les monologues des autres.
Un blizzard terrible a enveloppé ce trou perdu de l'Alaska et c'est une course contre la montre qui commence pour retrouver le petit garçon. Pourtant, finalement, c'est en quête d'eux-même qu'ils partent tous, âmes blessées, âmes coupables. Leur histoire, leurs secrets, nous sont révélés à travers des chapitres courts, une écriture ciselée et une nature intraitable. Et le lecteur retient son souffle, se fait malmener par ce blizzard épais, avant que le passé de chacun des personnages viennent tout révéler.
Sélection pour le Prix du roman Coiffard 2022

Les Murmures, tome 1

Guillaume Le Cornec

Seuil Jeunesse

14,00
Conseillé par (Libraire)
25 janvier 2023

Conseillé par Caroline

Depuis qu’il est arrivé à Lyon il y a quelques mois, Enzo ne s’est pas fait beaucoup d’amis et sa principale occupation consiste à rester assis des heures devant un tableau de Courbet, "Les Vagues". Car plusieurs fois, en regardant ce tableau, Enzo est entré dans une sorte de transe durant laquelle il a entendu des voix. Lorsqu’il rencontre Manon, qui vient de vivre la même chose devant un tableau de Daumier, "Passants", les deux ados se lient d’amitié et essaient de comprendre ce qui leur arrive. Rapidement, ils décident d’enquêter sur leurs familles respectives.
Nous sommes ravies de voir revenir sur nos tables un roman de Guillaume Le Cornec ! Après "Enquêtes aux jardins", dont le premier tome se passe à Nantes, il revient avec un roman policier tout aussi haletant et qui se dévore.
À partir de 13 ans

Conseillé par (Libraire)
25 janvier 2023

Conseillé par Marion et Caroline

Depuis toujours, Chouette se rêve chevalier. Il veut porter ces belles armures et partir dans de grandes aventures. Un jour, il apprend que les chevaliers sont en train de disparaître. Cela inquiète beaucoup notre héros. Il envoie une lettre à l’École des Chevaliers. Surprise ! Il est accepté dans cette prestigieuse école. Mais Chouette n’avait pas pensé qu’il serait trop petit pour porter une épée et le lourd bouclier des chevaliers. Cependant il ne se relâche pas et tient bon. Et en persévérant, Chouette est nommé à la garde de nuit. Et il va enfin savoir ce que deviennent les chevaliers disparus !
Un très bel album aux dessins surprenants sur le courage d’une petite chouette qui nous montre qu’on peut tout réaliser quand on surmonte ses peurs et qu’on suit ses rêves.
À partir de 4 ans

14,90
Conseillé par (Libraire)
25 janvier 2023

Conseillé par Caroline et Marion

C’est l’heure de la sieste pour Madenn. Elle s’allonge dans son lit, remonte sa couette sous son nez et ferme les yeux. Mais un petit museau pointu apparaît sous la couette et invite la petite fille à le suivre ; direction la maison de Phil, son ami, qui a préparé du chocolat chaud et un bon gâteau pour se réchauffer. Un riche après-midi attend alors nos deux compères.
Janvier est arrivé et avec lui, la fraîcheur de l’hiver. "Une sieste", c’est l’album parfait pour ce début d’année, c’est le remède à ce mois parfois un peu long. Tant de douceur se dégage de cet album, qu’il nous donne, à nous aussi, l’envie de se réfugier sous une couette avec un chocolat chaud.
À partir de 3 ans.

Éditions de l'Observatoire

21,00
Conseillé par (Libraire)
24 janvier 2023

Conseillé par Stéphanie, Annaëlle et Manon R

D'abord il y a une femme attaquée par un ours blanc qui bascule, blessée, dans les profondeurs d'une rivière. Elle semble étrangement calme. Elle repense aux mots japonais que son père lui murmurait quand elle était enfant. Elle s'attarde sur le pelage crème de son attaquant. Il ne devrait pas y avoir d'ours blanc dans cette région, son existence est censée appartenir à la légende.
Et puis nous voici en 1945, en Colombie Britannique, aux côtés de Jack et de ses chiens Buck et Astrée, clin d’œil évident à Jack London. Ce Jack là est creekwalker ; il arpente les rivières et compte les saumons. C'est un solitaire qui fuit la compagnie des hommes.
Enfin, le lecteur découvre Hannah. Nous sommes en 1956 et elle vit isolée dans une cabane : la maison des hautes terres. Elle aussi semble se tenir à l'écart des êtres humains. Or ce jour-là, un homme a frappé à sa porte. Et comme elle ne répondait pas, il a crié qu'il reviendrait et il a glissé une photo sous la porte. Hannah est à la fois terrifiée et étonnée. Sur cette photo, elle reconnaît Aika, sa mère, qui a quitté le Japon en 1926 pour épouser un japonais travaillant au Canada, elle était ce qu'on a appelé une "Pictures brides" (fiancée sur photo).
Aika est une Issei, elle appartient à la première génération d'émigrants japonais. Hannah est une Nisei, elle est issue de la deuxième génération, celle née dans son pays d'adoption.
Marie Charrel déroule une histoire captivante, mêlant l'histoire de ces Issei et Nissei à la montée de la xénophobie. Elle évoque aussi la population autochtone canadienne, elle mêle les légendes nippones aux légendes indiennes, tout en plongeant le lecteur dans la forêt et la nature sauvage de cet état le plus à l'ouest du Canada.
On s'attache très vite aux personnages et à leur histoire. Des extraits de presse relatant des attaques dans des fermes isolées ajoute une part de mystère au roman dont toutes les pièces du puzzle se complètent progressivement. Un coup de cœur sélectionné pour le Prix du roman Coiffard 2023.