Librairie coiffard

Les voyages de sable
par (Libraire)
13 novembre 2018

Conseillé par Agathe

Jaume est né à Marseille en l’an 1702.

C’est ce même Jaume qui par une nuit enneigée se tient en face de Virgile, se retrouvant à lui compter son histoire longue de trois siècles, dans un bar parisien actuel. Aussitôt happé par son récit empli d’exotisme et d’aventures, Virgile l’accompagne dans son histoire à travers le temps et l’espace. Ponctué par des détails troublants de réalité, par les odeurs de café et de rhum et par les sensations diverses du voyage, l’immersion est totale. Jaume est mort et ressuscité une centaine de fois, il a vécu plus de mille vies et a connu au moins autant de sobriquets : Le Tripier, le Mal-Blanchi, le Pourri, le Prince des nègres de l’Occident… Sa narration s’étale sur tous les continents et traverse les périodes marquantes de l’Histoire.

Poétique et déroutant, ce livre est une invitation à une excursion fantastique dont on ressort complètement dépaysé.

Invasion

Forges de Vulcain

22,00
par (Libraire)
13 novembre 2018

Conseillé par Agathe

Quelle réaction adopter lorsque la terre est envahie par des boules de poils rebondissantes n’ayant pour seul but que de s’amuser ? Cette invasion hors norme va remuer, secouer, bousculer, faire du bruit, faire frémir le monde entier. Ces « protéens », créatures polymorphes et extrêmement intelligentes viennent remettre en cause tous les fondements d’un monde capitaliste et plus particulièrement la société américaine. Un joyeux désordre, un véritable bazar, un détraquement amusant : ces êtres venus d’ailleurs n’épargnent rien et ne laissent sur leur passage que des rires et des autorités énervées. Après L’Homme Dé, Luke Rhinehart est l’auteur d’un texte jubilant et d’une clairvoyance manifeste. Une plume acérée se cache derrière une histoire en apparence légère, puis se révèle peu à peu et force la réflexion pour le remaniement d’une humanité plus juste et pacifique.

Une seule règle à ce jeu : s’amuser.

Capitaine
22,00
par (Libraire)
8 novembre 2018

Conseillé par Marie-Laure

En 1941, le Capitaine-Paul-Lemerle quitte le port de Marseille pour la Martinique avec à son bord des juifs, des républicains espagnols et toute une partie de l’intelligentsia… Adrien Bosc a travaillé pendant quatre ans pour nous faire vivre cette traversée insolite.
Embarquez à bord avec André Breton, Claude Levi-Strauss, Victor Serge et Anna Seghers ! Ce livre est un voyage à lui-seul, une quête, une odyssée… Il raconte des personnalités incroyables, des rencontres, des échanges ou des naissances de livres (le fameux Transit d’Anna Seghers) que seul l’exil ou le confinement peut créer. De quoi parlent André Breton et Claude Levi-Strauss sur ce bateau ? A qui s’adresse Victor Serge dans son journal ? A quoi rêve le peintre Lam ? Bien sûr, il ne faut pas oublier les conditions de vie épouvantables sur le Paul-Lemerle ou encore, dans ce lazaret en Martinique. La surveillance est accrue et la peur est là, constante… C’est une traversée de l’Atlantique, une traversée dans le temps, une traversée littéraire…

En guerre
20,00
par (Libraire)
31 octobre 2018

Conseillé par Lyonel

Les frontières. Voilà une thématique de cœur chez François Bégaudeau. Les limites d’un terrain de football, les limites d’une salle de cours ou encore les limites socio-culturelles qui constituent ce nouveau roman, En Guerre. Chez l’auteur, les frontières font une guerre. Une tension. Ce qu'il y a de terriblement émouvant dans le récit de François Bégaudeau - passé l’humour circonstancié et d’apparence froid - c’est la mesure de ces trajectoires. Les personnages de ce roman, les personnages de nos vies, sont enfermés dans des conventions qui font, par exemple, qu’une jeune femme de banlieue ne rencontrera jamais un homme de la petite bourgeoisie. Sauf par hasard. L’inégalité est parfaitement structurée, glacée et implacable mais la vie est une rivière troublée de mouvements et d’inattendus. C’est ce paradoxe absolu, cette tension entre le rigide et une forme de chaos, que décrit Bégaudeau avec un sens du dialogue abouti et tenace. Le romancier dresse une radioscopie précise du paysage français. Les vies sont fracturées, cabossées, inassouvies, merveilleuses et uniques. Le feu de la révolte vient donner un parfum de cendre à ces pages écrites, lumineuses, sous le coup de la colère. La colère, forge des grands récits.

Les billes du Pachinko
par (Libraire)
23 octobre 2018

Conseillé par Manon

Claire, la trentaine, décolle pour Tokyo afin de rendre visite à ses grands-parents. Ils n’ont pas remis les pieds sur leur terre natale depuis leur fuite de la guerre de Corée il y a cinquante ans. Cultivant le désir de renouer un lien avec eux, Claire les invite à préparer leur voyage en Corée ensemble.
Les préparatifs traînent en longueur alors que Claire traîne son ennui dans une maison où elle n’arrive pas à se sentir à l’aise, entourée par le mutisme timide de sa grand-mère et le décor criard d’un Tokyo en carton pâte.
Heureusement, elle fait la rencontre de la petite Meiko à qui elle donne des cours de français et dont elle doit occuper les après-midi. Un lien affectif va se nouer entre Claire et Meiko qui va peu à peu ouvrir la jeune femme à la compréhension de ses grands-parents.

Avec sa plume aussi acerbe que légère, Elisa Shua Dusapin effleure ses sujets de prédilections avec cette douce poésie qui lui est propre. Entre quête identitaire, rapport à la terre natale et fossé culturel entre orient et occident, elle nous éclaire sur toutes ces barrières générationnelles, barrière de langage qui agissent comme des freins dans notre rapport à l’autre. Le quotidien devient aussi loufoque que monotone, quelques paroles vides de sens sont échangées. Ici un regard, un mouvement, un hochement de tête. Tout est dans le sous-texte, dans la retenue.
Ces menus éléments en font un roman savoureux, grinçant et contemplatif, un roman qui fait parfois écho à nos propres sentiments enfouis.