Librairie Coiffard ..

Nouvelles fantastiques
10 juillet 2018

Conseillé par Marion

À travers onze nouvelles toutes plus étonnantes les unes que les autres, laissez-vous entraîner par la narration surprenante (et effrayante !) d'Adolfo Bioy Casares. Toutes commencent de la même façon : le narrateur passe du bon temps dans un pays, jusqu'à un élément déclencheur qui va changer sa vie à jamais. À mi-chemin entre l'ambiance d'un film de Guillermo del Toro et "La Maison des feuilles" de Mark Z. Danielewski, Bioy Casares, par son écriture labyrinthique, arrive à semer son lecteur jonglant avec la réalité et le fantastique. Certaines nouvelles vous feront frissonner quand d'autres vous donneront envie de relire les pages précédentes pour savoir à quel moment le fantastique a pris le relais !

L'Invention de Morel
10 juillet 2018

Conseillé par Lyonel

En 1961, Alain Robbe-Grillet écrit le scénario le plus incompréhensible de l’histoire du cinéma, avec le cinéaste Alain Resnais. Cela donne "L’Année dernière à Marienbad". Robbe-Grillet est allé chercher un premier roman marquant.
"L'invention de Morel" est un récit opaque, en forme de chef-d’œuvre. L’auteur ? Adolfo Bioy Casares. Dandy, flâneur des rues de Buenos Aires, Casares est aussi l’élève du totem Borges, lequel signe d’ailleurs la préface de l’ouvrage et considère que la trame du livre se révèle quasi parfaite – constat ironique face à cette narration énigmatique. Sur une île, un fugitif ne cesse de vouloir se cacher du reste des habitants mais sera démasqué par une passion amoureuse. Casares mêle un style sec à une imagination narrative remarquable.

Un court roman qui laisse une impression impérissable.

Fictions
10 juillet 2018

Conseillé par Lyonel

De l’aveu même de Borges, avant "Fictions", il n’existait pas. Humble bibliothécaire, auteur connu par un entourage restreint – sa mécène Victoria Ocampo et les membres de la revue Sur – Borges compose encore dans l’ombre. Sur les conseils de ses amis, il regroupe un ensemble de textes oscillant entre l’essai littéraire et le conte. Baroque et à la fois classique, l’univers de Borges définit le lien qui unit l’art de la lecture à celui de l’écriture. Reconnu mondialement, en 1951, grâce à la traduction française de "Fictions", Borges se transforme peu à peu en statue du Commandeur. Il sera une source d’inspiration absolue pour de multiples générations d’écrivains allant de Cortázar à Bolaño.

Pour tout dire, Borges possède ce privilège rare : ne pouvoir être comparé qu’à lui-même.

Brasier noir
28,00
9 juin 2018

Conseillé par Jonathan

«The past is never dead.
It's not even past.»
William Faulkner

Les mots du plus grand écrivain du Sud des États-Unis pourraient servir d'épigraphe au roman de Greg Iles tant ils semblent avoir été écrits pour ce "Brasier Noir". Natchez, Mississipi, le docteur Tom Cage véritable figure locale est accusé du meurtre de son ancienne infirmière. Le maire de la ville qui n'est autre que son fils est prêt à tout pour le défendre mais ne se doute pas un instant des fantômes qu'il va réveiller.

Dans un Mississippi poisseux toujours en proie aux discriminations raciales les vieux démons ségrégationnistes ressurgissent mettant l'Amérique face à sa plus profonde blessure.

Premier volet de ce qui est annoncé comme une trilogie "Brasier Noir" est malgré sa taille imposante un brûlot maîtrisé de la première à la dernière ligne.

A la lumière de ce que nous savons
9 juin 2018

Conseillé par Jonathan

Souvent utilisée, l'expression roman-monde n'a peut-être jamais aussi bien qualifié un roman que le premier publié par Zia Haider Rahman en 2016 aux éditions Christian Bourgois. Celui que la presse anglaise a comparé à l'écrivain allemand W.G. Sebald signe une entrée fracassante sur la scène littéraire.

Deux amis qui se sont perdus de vue se retrouvent un soir au domicile de l'un deux. La conversation qui s'engage va les mener jusqu'au petit matin et les conduit à retracer leurs parcours respectifs durant ces années de séparation. Quand la lumière d'une lampe de cuisine éclaire le monde.

Un roman magistral.