Votre librairie est ouverte le lundi de 14 h à 19 h et du mardi au samedi de 10 h à 19 h.

Librairie Coiffard ..

L'heure de l'ange / roman

Schoeman, Karel

Phébus

24,00
11 août 2018

Conseillé par Marie-Laure

"L'Heure de l'ange" ou comment avoir un coup de foudre pour un roman.

Il était une fois un berger du XIXe siècle, nommé Daniel, qui aurait vu apparaître un ange. Afin de retranscrire cette vision, il va avoir recours à la poésie, devenant ainsi le premier poète afrikaner. Trois personnages vont tenter d'appréhender Daniel. Mais cette figure du poète fou semble leur échapper, tout comme leur propre vie. Ce livre est construit de manière anti-chronologique : on commence de nos jours, avec un producteur de documentaires de retour dans son village natal. On poursuit avec un instituteur, puis un pasteur pour finir avec le berger lui-même. Le roman se conclut avec le chœur des femmes.
Raconter ce berger pousse ces différents personnages à la réflexion : ils vont s’interroger sur leurs choix, sur la manière dont ils ont mené leur propre vie. Chacun semble être ou avoir été prisonnier de ce village.

C'est contemplatif, méditatif et lyrique. La langue est belle et l'Afrique du Sud nous aspire entièrement dans ses paysages et dans son histoire.

© Page des Libraires N°191

L'ange de l'histoire

Les Escales Éditions

21,90
11 août 2018

Conseillé par Marie-Laure

L'ange de cette histoire est poète et s'appelle Jacob. Il se trouve dans la salle d'attente d'un hôpital psychiatrique. En effet, Jacob croit entendre des voix. Ces voix sont celle de Satan et de la Mort qui se livrent à des entretiens à propos de son âme.
À travers ces discussions rocambolesques et ponctuées d'humour, le lecteur va découvrir qui est Jacob. Né d'une liaison entre le riche fils d'une famille libanaise et leur domestique yéménite, il sera élevé dans un bordel égyptien, puis passera son adolescence dans un pensionnat catholique au Liban. Devenu adulte, il rencontrera « Doc » à San Francisco, avec lequel il vivra jusqu'à ce qu'il meurt du Sida. La tristesse va alors peser très lourdement sur Jacob.

Rabih Alameddine, comme pour "Les Vies de papier" (Les Escales et 10/18), raconte une solitude profonde qui nous bouleverse. Les souvenirs, Satan, la Mort et les quatorze saints sont comme les pièces d'un puzzle que l'on assemble. Un portrait à la fois poétique, touchant et complètement décalé.

© Page des Libraires N°191

Confessions d'une cleptomane
11 août 2018

Conseillé par Marie-Laure

Florence Noiville s'est toujours intéressée aux troubles psychiques. Dans ce nouveau livre, elle choisit d'évoquer la cleptomanie à l'aide d'une héroïne assez truculente.
Valentine de Lestrange est marchande d'art et épouse du ministre des finances. Dans sa famille, on est cleptomane de génération en génération et Valentine assume complètement cette "manie". Elle trouve que ça lui donne un côté marginal et surtout, elle aime cette montée d'adrénaline au moment de franchir les portiques. Un jour, ce sera le vol de trop : elle va s'en prendre à l'un de ses proches et cet incident va faire éclater son existence en mille morceaux. Tout le contrôle qu'elle pensait avoir sur sa vie et sur son entourage va complètement lui échapper.

On passe vraiment un très bon moment en compagnie de cette femme intelligente, drôle, caustique et en même temps si fragile. Le personnage est charmant, le ton est enlevé et le propos est original. Vous l'aurez compris, ce roman est extrêmement plaisant.

© Page des Libraires N°191

Le guetteur
11 août 2018

Conseillé par Marie-Laure

Comme pour "La Cache" (Stock et Folio), le domicile aura à nouveau une grande importance. Ici, il s'agit d'un appartement parisien, celui de la mère du narrateur qui vient de décéder. Alors qu'il est en train de vider les lieux, il va tomber sur un «dossier polar». Sa mère qui non seulement dévorait les polars, en écrivait également. L'un de ses textes s'intitule «Le Guetteur». À son tour, le narrateur va devenir ce guetteur et espionner sa mère. On va alors replonger dans le Paris des années 1960 et suivre une bande d'étudiants qui se battaient aux côtés du FLN. Comment cette jeune fille militante et intrépide a pu devenir cette femme solitaire et paranoïaque vivant comme une recluse ?
Comme à son habitude, Christophe Boltanski soigne sa structure narrative : il navigue sur trois périodes tout en jouant avec la mise en abyme du guetteur. Par ailleurs, il est émouvant de suivre ce fils qui tente de reconstituer un lien avec sa mère. Que ce soit par maladresse ou par volonté, elle restera pour lui une mystérieuse énigme.

© Page des Libraires N°191

Parcours 2 (1990-2017), Théorie de la rationalité - Théorie du langage

Théorie de la rationalité - Théorie du langage

Gallimard

26,00
11 août 2018

Conseillé par Lyonel

Il faut considérer ces "Parcours" comme un portrait de fond. Les grands enjeux qui ont constitué la pensée de Jürgen Habermas sont disséminés tout au long de ses cycles de conférences. Cela débute à Princeton, en 1971. Habermas y développe sa vision d'une sociologie basée sur une théorie du langage. C'est aussi un temps de bascule où le philosophe va prendre ses distances avec les théories critiques de Theodor W. Adorno. Ce dernier, mort en 1969, restera pourtant un lien déterminé et déterminant dans le cheminement conceptuel d'Habermas. Ce qui n'est pas le cas de Max Horkheimer. Son opportunisme politique, sa vanité et son autoritarisme – notamment avec Adorno – rendront le personnage totalement détestable. Cet affrontement de personnes et de pensées sera un temps révélateur pour Jürgen Habermas. Cette attirance-répulsion va permettre au philosophe d'affiner le rapport entre raison et langage, leçon apprise après étude des travaux d'Horkheimer. Au fil des interventions qui constituent ces "Parcours", on saisit à quel point Habermas a été un défricheur et un passeur. Il est une des voix importantes qui a très tôt présenté le travail des philosophes analytiques (Wittgenstein) et du pragmatisme anglo-saxons. Si Habermas se révèle un lecteur assidu de Charles Sanders Peirce, il demeurera plus critique auprès de la pensée de John Dewey. Les lectures de Jürgen Habermas concernant des penseurs comme Kant, Hegel ou encore Marx sont des plongées fascinantes. De plus, ces "Parcours" survole un nombre d'années considérables où l'on voit Habermas converser, arguments contre arguments, avec d'illustres prédécesseurs. C'est encore un document précieux pour comprendre le parcours politique d'un homme qui a connu l'Allemagne nazie.

© Page des Libraires N°190