sandrine57

Lectrice compulsive d'une quarantaine d'années, mère au foyer.

Dernier commentaire

17 août 2021

Quand Anghélos Kondylis, brillant doctorant en criminologie, arrive au cinquième étage de la faculté de droit d’Athènes, par un soir de février, c’est pour tomber sur le corps sans vie d’une de ses professeurs, la détestée et détestable Irini Siomou. Sans avoir le temps de se remettre du choc, il est lui aussi abattu d’une balle en pleine tête. Pas de chance pour le beau Anghélos, au mauvais endroit, au mauvais moment.
C’est le jeune capitaine Christophoros Markou, du département des homicides de l'Attique, qui est chargé de l’enquête sur ce double homicide. Lui-même diplômé en criminologie, il connait aussi bien les lieux que les professeurs mais ne se doutait pas du climat délétère régnant sur son ancienne faculté. Les professeurs, le président, la directrice, et même la secrétaire, cachent de sombres secrets, se livrent à une guerre larvée et pourraient, chacun, avoir commis le double meurtre. L’affaire s’annonce délicate pour le capitaine…

Is Greece the new Iceland ? Peut-être que la Grèce est en passe de devenir une terre du polar…Car après Petros Markaris et son commissaire Charitos, voici Christos Markogiannakis et son capitaine Markou. Si le premier est un poil plan-plan, le second est un jeune flic dynamique et ambitieux qui n’hésite pas à gratter là où ça fait mal, quitte à blesser quelques susceptibilités. Son enquête va l’entraîner dans les secrets les plus intimes, et les plus noirs, de l’institut de criminologie d’Athènes. D’ailleurs Markogiannakis ne cherche pas à dépayser le lecteur. De la ville nous ne verrons que le fameux cinquième étage dans un huis-clos étouffant où tout le monde ment, dissimule, cherche à se montrer sous son meilleur jour. Mais Markou ne se laisse pas leurrer et finit par révéler les failles, les mensonges, les faux-semblants, les mesquineries et les crimes de ce joli petit monde et se permet un final flamboyant dans la plus pure tradition du célèbre Hercule Poirot.
Au 5è étage de la faculté de droit est un polar sympathique qui se lit avec plaisir malgré son classicisme. On aurait aimé un peu moins de couloirs mal éclairés et un peu plus de Grèce mais c’est tout de même un bon début pour le capitaine Markou. A suivre.