Pascale B.

25 juillet 2021

Du rififi au pays breton

Catherine WALD, alsacienne, décide de s’installer dans un petit village breton pour ouvrir un restaurant aux saveurs de sa région natale. Elle ne pensait pas qu’un notable du village allait être empoisonné à sa table peu de temps après l’ouverture de son établissement.
D’une écriture légère et fluide, les auteurs tissent les traits d’une micro société dans laquelle chaque personnage, qu’il soit notable, ouvrier ou agriculteur, nous livre les histoires et les mesquineries d’un petite communauté que façonne le temps. Ils font éclore les mensonges et les secrets mal gardés qui viennent heurter les croyances que l’on peut avoir de la vie tranquille d’un village de campagne.
On se régale à lire cette histoire, que l’on soit un lecteur des villes ou un lecteur des champs, on nous livre l’universalité de ce que nous sommes, de simple humains.

Christian Bourgois

22,50
21 juillet 2021

Fantôme en filature ......

Héroïne fantôme, Lisa resurgit sur le lieu de sa propre disparition au moment où un homme s’y suicide. Elle hante le quai 7 de la gare de Peterborough à la recherche de son histoire et des raisons de sa mort ..

Après cette ouverture étrange, l’histoire devient un thriller psychologique implacable et éloquent qui démêle peu à peu le mystère de sa mort….

D’une écriture déterminée, Louise Doughty conjugue les vies tourmentées des personnages de la station et les flash-back de Lisa pour aborder les sujets du contrôle coercitif en amour, de la mort, du deuil …… Elle démontre efficacement la force de persuasion incroyable qui engendre la culpabilité dans une relation toxique.
L’ensemble est efficace avec un début et une fin surprenants. Le parti pris d’une combinaison littéraire inhabituelle pourrait perturber mais le pari est réussi.

Christian Bourgois

23,00
14 juillet 2021

Le mythe du poisson

Lucy, trentenaire, désespérée, s’engage après une rupture dans un groupe de paroles tout en gardant la maison et le chien diabétique de sa demi-sœur à Los Angeles.
Une rencontre insolite chamboule son quotidien pathétique pour l’entraîner vers une relation improbable et pourtant …….

Roman en partie autobiographique, décidément moderne et cru, dynamique et drôle avec le parti pris d’un style direct, impudique et culotté, détaillant scrupuleusement conquêtes et déceptions amoureuses….

Melissa Broder mêle désir et amour de manière désinvolte et explosive tout en y intégrant une part d’émotion et de fiction amenant le lecteur vers une fin borderline ……

Audacieux.

23,00
1 juillet 2021

Toutes choses retournent à leur source

Ah Hock vivant seul depuis sa sortie de prison est sollicité par une jeune étudiante pour retranscrire son histoire.
Au cours de leurs entretiens, il raconte sa vie depuis sa naissance dans un village côtier de Malaisie, son parcours jusqu’à ce meurtre incohérent, sa vie de labeur pour survivre et son départ à la recherche de richesses prétendues…..

Ce témoignage troublant, entre roman et biographie, nous avise de la situation économique de ce pays engloutie par la mondialisation. L’immigration clandestine multicolore, main d’œuvre bon marché, doit cohabiter avec la violence, le racisme, les inégalités. Les corps et cerveaux ralentis de ces réfugiés de zones de guerre souffrent des travaux éreintants, alors que déjà affaiblis et endoloris avant même d’entamer leur périple de forcené.

Le récit sur ces laissés pour compte d’une modernisation empressée est émouvant, raconté sur le ton de la confession, du constat, non sentencieux.

« Ce qui est né dans la violence s'achève dans la violence. »

21 juin 2021

bavures en famille

Samuel Steiner, commandant de police à Metz , enquête sur la disparition de son père survenue 20 ans plus tôt, déclenchée par de nouveau éléments le lançant sur la trace d’un tueur en série au cœur de la mafia niçoise et du grand banditisme. Parallèlement, sa fille Rebecca, très perturbée par le décès de sa mère, l’inquiète.

Fabio M.Mitchelli confronte Steiner au tueur Jean-Michel Auban qui n’est autre que la fiction de Michel Lambin surnommé "Le berger de Caussols" ayant défrayé la chronique par sa violence et son cannibalisme.
Partant d’une histoire vraie, l’auteur par son écriture romancé, peut exacerber la folie, le mensonge et la manipulation mentale du meurtrier ; avec fluidité, en chapitres courts incisifs
Action, violence, tension, rebondissements assurés ; pas d’ennui dans cette aventure pour le lecteur.
L’épilogue est révélateur de secrets de famille enfouis qui donnent sens au dénouement.

Petits agréments complémentaires avec les ajouts en fin du livre