Ordesa

Ordesa

Manuel Vilas

Points

  • par (Libraire)
    10 avril 2021

    Virtuose et poignant !

    L'auteur fait face au deuil de son père dans ce roman autobiographique au texte d'une grande beauté.
    Un livre inoubliable qui nous touche par son intensité et son intimité.


  • par (Libraire)
    25 mars 2021

    ORDESA

    Deuil qui s'écrit.

    Manuel Vilas écrit la mort de son père, puis celle de sa mère.
    Il parle aussi, peu à peu, des autres disparus de sa famille, de sa solitude éprouvée des êtres disparus.
    Il dit cette famille dont il est, en donnant à chacun des noms de grands musiciens, parce qu'il aime la musique, parce qu'elle est son refuge.
    L'écriture est de l'instant, dans le surgissement de l'absence définitive des êtres disparus et tant aimés, sans que le sentiment ait jamais été dit assez.
    Manuel Vilas écrit l'Espagne au fil du temps, la pauvreté, son Histoire au regard de la vie, de l'histoire des siens, de la sienne, de celle de ses enfants qui s'éloignent de grandir.
    Il dit le fait de n'être que de passage, l'humilité dans laquelle ça nous installe de le savoir.
    Il met en relief ce qu'il n'a jamais su des siens et ne saura jamais, de n'avoir pas osé dire ou demander.
    L'auteur nomme un lieu, Ordesa, qui n'est que des êtres chers disparus.
    Ordesa est le lieu du père surtout.
    Voilà un ouvrage de fragments, intense, profond, émouvant invoquant questionnement perpétuel quant à notre humanité plurielle.


  • 24 février 2021

    Fascinante écriture !

    Manuel écrit. Il revient sur son histoire, et se balade dans les veines familiales. Il écrit sur ce qu'il sait, ne sait pas, ne saura jamais. L'occasion pour philosopher, aussi, sur la mort suite au décès des ses deux parents ; sur toutes ces petites morts qui font nos vies. Et puis il la décortique, la vie, en voguant entre sa complexité et sa simplicité.
    Ce livre, c'est un témoignage qui sert d'expérience organique et remarquable, et qui aide à la regarder en face, la vie.

    Magnifique !


  • par (Libraire)
    12 février 2021

    Douce mélancolie de la mémoire familiale

    Plongé dans le deuil de ses parents, Manuel Vilas ravive par une écriture éblouissante de justesse sa propre mémoire familiale, celle d'une famille espagnole "ordinaire" sous le franquisme déclinant. Un livre proprement inclassable, l'espoir d'une catharsis apaisante qui nous happe par sa mélancolie. Un immense coup de cœur !


  • par (Libraire)
    11 février 2021

    Conseillé par Stéphanie

    Manuel Vilas est un orphelin quinquagénaire. Alors qu'ils vient de perdre ses parents à quelques années d'intervalle, il réalise que cet amour absolu, inébranlable, unique, qu'un parent porte à son enfant, cet amour, lui a été définitivement enlevé par la mort. Plus jamais on ne l'aimera de cette façon-là. Alors, Manuel Vilas prend la plume et livre ses pensées, partage sa solitude. Une photo, une cigarette, une odeur, font resurgir le passé. Les fantômes sont là, dans un quotidien fait de détails. D'une sincérité déconcertante, il entraîne son lecteur hors des sentiers, dans les méandres de ses souvenirs et de sa mélancolie. Et quand ces fragments de vie, à la fois banals et poétiques, sont mis bout à bout c'est le portrait d'un milieu social qui émerge, nostalgique, à la fois heureux et douloureux.