Le dernier procès de Victor Melki

Sandrine Destombes

Hugo et Cie

  • 23 février 2022

    justice, policier

    Même si je ne connaissais pas Maxime Tellier avant d’ouvrir ce roman, j’ai pu suivre facilement cette nouvelle enquête qui va l’entraîner à travers la France à la poursuite de morts étranges.
    Un mystérieux messager lui envoie des indices afin de faire la lumière sur d’étranges vengeances.
    J’ai aimé découvrir Max et son co-équipier pour cette affaire.
    J’ai aimé tenter de reconstruire le fil des indices et découvrir le pot-aux-roses.
    J’ai aimé découvrir le fameux Victor et pourquoi ce sera son dernier procès.
    Un polar bien mené et passionnant qui m’a littéralement happé.
    L’image que je retiendrai :
    Celle des nombreux TGV que prend l’équipe.


  • par
    17 novembre 2021

    Ah, la voilà la suite de Ainsi sera-t-il. Et quelle suite ! Sandrine Destombes avance doucement et sûrement, installe son intrigue et ferre le lecteur qui sera bien incapable de sortir du roman tant la tension et le suspense montent habilement.

    Lorsqu'on lit beaucoup de polars, on s'aperçoit que les intrigues se ressemblent souvent, ce qui différencie les romans c'est la manière de raconter, les personnages ou le contexte. Chez Sandrine Destombes, c'est évidemment Maxime Tellier avec son côté fonceur, ses doutes, ses emportements. Maxime a ses limites : elle est proche du burn-out, est parfois trop directe ce qui lui joue des tours mais malgré ses fragilités, elle est pugnace, ne lâche jamais rien. Elle est très réaliste, se pose des questions qui peuvent faire écho, notamment sur les personnes qui ont commis un crime qui jugées irresponsables et qui ne font qu'un court temps en hospitalisation psychiatrique. Antoine Brémont, son pragmatisme et son respect de la loi et des décisions prises permet de faire le pendant, de se poser la question sous l'angle de la loi et de la justice et donc d'avoir une vue d'ensemble. Sandrine Destombes n'est pas manichéenne, elle laisse le choix à ses lecteurs, elle apporte des arguments.

    Sandrine Destombes c'est aussi une manière de raconter, de laisser monter le suspense, d'insérer de la légèreté dans les rapports entre collègues alors que l'enquête sur laquelle ils travaillent n'incite pas à la gaudriole. Celle-ci est originale, fort bien construite, sans hémoglobine donc très supportable par les âmes sensibles et addictive. On ne sait pas trop comment va finir cette histoire ni qui est (sont) le (la-les) coupable(s) et l'on cogite, au moins autant que les enquêteurs. J'ai beaucoup aimé. J'en redemande, oui je veux d'autres enquêtes de Maxime Tellier.