Librairie Coiffard ..

Les Vacances
3 novembre 2017

Conseillé par Lyonel

Il y a près de trois ans sortait l’excellente biographie du cinéaste Éric Rohmer, signée par Noël Herpe et Antoine de Baecque. C’est par ce travail que Julie Wolkenstein a eu l’idée de son roman "Les vacances". Une idée qui, de l’aveu de la romancière, lui a sauté aux yeux. Dans cette biographie, on y apprend que Rohmer était un athlète endurant et maladroit, passionné par la littérature du XIXe siècle, spécialement Balzac et la Comtesse de Ségur. Il décide, pour son premier film d’adapter un roman de la Comtesse - "Les Petites Filles Modèles". Le tournage vaguement financé par un étudiant béninois, Joseph Kéké, est tout simplement un sabordage rocambolesque. Cette œuvre jamais totalement achevée, disparaît et devient ainsi un film fantôme. Avec ce fragment de réalité fantaisiste, Julie Wolkenstein élabore une cavalcade drolatique autour d’un duo composé par une retraitée de la faculté de Caen, Sophie Bogoroditsk, et d’un jeune étudiant en cinéma, Paul de Freneuse. Malgré leur différence d’âge, les deux personnages vont poursuivre avec malice et légèreté, une enquête mêlant les volutes de cigarettes aux lectures mélancoliques, Moscou et l’arrière pays normand où dans les ruines d’un château, un apprenti cinéaste, fantasme ses futurs chefs-d’œuvre.

Souvenirs dormants
3 novembre 2017

Conseillé par Lyonel

Le dernier roman de Patrick Modiano, "Souvenirs dormants", est un écho à bien d’autres de ses livres. Dès les premières lignes surgissent nos propres souvenirs de lecteur : on pense à l’énigmatique "Dans le café de la jeunesse perdue" ou bien encore au très beau "Du plus loin de l’oubli". Le narrateur Jean D. semble vouloir réaliser un puzzle sans modèle. Il arpente sa propre mémoire avec une certaine mélancolie. Regrets d’un Paris gris et matinal des années 60 où certaines veilles bâtisses n’avaient pas encore connu les crocs des pelleteuses. Comme souvent chez Modiano, l’enquête est menée au fil des hasards et des rencontres. Une seule phrase de cet écrivain donne l’idée d’un roman - on pense à cette anecdote concernant une jeune danseuse d’opéra devenant, par la suite, carmélite et qui pourrait se prolonger sur une centaine de pages. On croise la silhouette de Baudelaire et son poème "À une passante", Marcel Aymé et ses "Tiroirs de l’inconnu". Et puis il y a la cohorte de ces noms, scintillants et évocateurs, Mireille Ourousov, Geneviève Dalame ou Madeleine Péraud. L’obsession magnifique des patronymes et des lieux sont des rituels nécessaires chez le romancier. Le leitmotiv chez Patrick Modiano n’est aucunement une marque de fabrique lassante mais, plutôt, une empreinte fragile qui ne cesse de nous charmer.

Greenland
2 novembre 2017

Conseillé par Agathe

Dès les premières pages de ce roman, le lecteur se retrouve happé dans un monde où la couleur verte règne en maître. C'est le monde parallèle de Greenland qu'aperçoit Théo une nuit, à travers ce store soudainement apparu à la fenêtre de sa chambre. Bien qu'essayant de l'éviter, Théo est sans arrêt rattrapé par ce monde étrange, qui ne cesse de vouloir l'attirer dans ses entrailles vertes, où l'attendent également les sombres et menaçants "hommes aux yeux perçants". Vécu comme un rêve éveillé, ce roman emporte le lecteur dans une aventure qui dépasse les limites du réel. Steinfest, bien que reconnu pour ses écrits policiers nous offre ici un délice de lecture à mi-chemin entre littérature et science-fiction.

Kirio

Weber, Anne

Le Seuil

17,00
2 novembre 2017

Conseillé par Agathe

Qui est Kirio, ce curieux personnage dont le narrateur ne tarit pas d'éloges ? D'ailleurs qui est ce curieux narrateur ? Il se refuse à révéler au lecteur sa véritable identité et préfère focaliser toute l'attention sur Kirio. Un saint, un heureux penseur, un marginal qui se déplace sur les mains ? Ou bien tout cela à la fois ?
Ce récit interroge le lecteur. Et à travers ce conte philosophique, il est amené à réfléchir en même temps que le narrateur sur les réponses à apporter afin de pouvoir résoudre l'énorme puzzle que représente la vie de Kirio.

La beauté des jours
26 octobre 2017

Conseillé par Frédérique

Jeanne est une femme d'habitude. Elle vit dans une petite ville de Province, au bord de la voie ferrée, avec Rémy son époux depuis 20 ans. Leurs filles jumelles étudiantes reviennent tous les week-ends à la maison, et chaque dimanche Jeanne monte à la ferme chez ses parents. Tous les soirs, Jeanne regarde le 18h01 passer, ainsi que le train d'après. Et le matin avant de partir, le 8h05. Tous les mardis sans exception, Rémy lui ramène un macaron. Et tous les étés, ils partent à Dunkerque avec les mêmes amis.

Le grain de sable qui s'immisce dans cette vie bien rangée, c'est Marina Abramovic, performeuse qui a fasciné Jeanne à l'adolescence et dont elle retrouve une photo. Transcendée et fascinée par ses performances, utilisant son corps, sa vie et ses expériences pour exprimer le monde, Jeanne est au point d’équilibre de sa vie. On a toujours l'espace de faire des choix, vers quoi ira t-elle ? « Elle s'efforcerait de faire de chaque jour une vie entière et de chaque heure un jour »

On retrouve l'écriture délicate et attentionnée de Claudie Gallay, attentive aux êtres et aux choses, à la poésie du quotidien.